Sommet du G20 : Le Bloc presse Ottawa d’obtenir la libération de Raif Badawi

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
Le Bloc québécois est revenu à la charge vendredi à la Chambre des communes afin de demander au gouvernement d’intercéder en faveur de la libération de Raif Badawi, emprisonné depuis huit ans en Arabie saoudite.

Le député de Lac-Saint-Jean Alexis Brunelle-Duceppe a interpellé le gouvernement afin qu’il profite de la tenue du Sommet virtuel du G20, samedi, en Arabie saoudite, pour exiger la libération du blogueur dont la famille habite à Sherbrooke.

« La monarchie saoudienne a pour coutume de faire preuve de clémence lorsqu’elle organise de grands événements internationaux, a rappelé le député de Lac-Saint-Jean. Hier, le Bloc a demandé au gouvernement d’en profiter pour demander la libération de Raif Badawi, mais il nous a répondu qu’il était préoccupé. Les préoccupations, ce n’est pas suffisant. C’est simple : le gouvernement est-il présentement à pied d’œuvre pour demander la libération de Raif Badawi? » a réitéré M. Brunelle-Duceppe.

La réponse est venue du Secrétaire parlementaire des Affaires étrangères, Robert Oliphant, qui a rappelé les démarches effectuées jusqu’à présent dans ce dossier :

« Nous restons extrêmement préoccupés par le cas de Raif Badawi, a déclaré M. Oliphant. J’ai rencontré sa femme, ici à Ottawa, et le ministre est en contact constamment avec sa famille. La promotion et la protection des droits de la personne, y compris le droit de la liberté d’expression, de conscience et de religion font partie intégrante de la politique étrangère du Canada. Nous l’avons soulevé au plus haut niveau. Nous avons appelé à plusieurs reprises à ce que clémence soit accordée. »

Le fait que l’organisation du Sommet des 20 pays les plus industrialisés ait été accordée à l’Arabie saoudite a soulevé l’indignation de plusieurs pays au cours des derniers jours.

Des membres du congrès américains ainsi que des députés de l’Union européenne ont appelé au boycott de ce sommet, compte tenu du bilan peu reluisant du régime saoudien en matière de respect des droits humains.

 Alexis Brunelle-Duceppe