Pour permettre au développement résidentiel de se poursuivre dans le secteur de Rock Forest, la Ville de Sherbrooke reporte la fermeture du poste de pompage Hervé, qui permet le transfert d’une partie du bassin d’assainissement de la station d’épuration de Rock Forest vers celui de Sherbrooke.

Solution temporaire pour les eaux usées

Pour permettre au développement résidentiel de se poursuivre dans le secteur de Rock Forest, la Ville de Sherbrooke reporte la fermeture du poste de pompage Hervé, qui permet le transfert d’une partie du bassin d’assainissement de la station d’épuration de Rock Forest vers celui de Sherbrooke.

La construction de conduites d’égouts sur les rues de Gaspé et de Grandbois avait permis de soulager la station d’épuration de Rock Forest de l’équivalent de 561 logements en 2015 et 2016. Des projets de développement représentant l’équivalent de 385 portes ont été accordés depuis et le poste de pompage devait cesser ses activités. En le gardant en activités, il est toutefois possible de recevoir les eaux de 176 logements supplémentaires.

Parallèlement, la Ville de Sherbrooke avait réalisé une étude en 2016 pour déterminer que la station d’épuration de Rock Forest avait une capacité résiduelle de 1200 logements. Il faut toutefois obtenir une approbation dudit rapport par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Le poste de pompage pourrait ensuite être fermé.

Conseiller du district de Deauville, Pierre Tremblay salue cette solution. « Il n’en demeure pas moins que c’est une solution à court terme. »

Vincent Boutin invite d’ailleurs ses collègues à penser à une solution à plus long terme.

Julien Lachance attend pour sa part un suivi concernant les usines d’épuration. Rappelons que la station d’épuration de Saint-Élie a atteint sa pleine capacité et que la Ville de Sherbrooke impose un moratoire sur les nouveaux projets de construction. « On devait nous revenir en avril pour nous donner de l’information sur la possibilité d’agrandir la station. Il y a des promoteurs de mon secteur qui se posent beaucoup de questions », dit M. Lachance.

Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines, explique pourquoi le dossier n’a pas été présenté publiquement. « Nous sommes en train de préparer ça. Nous ne pouvons rien présenter aux élus tant et aussi longtemps que nous n’avons pas les autorisations du ministère de l’Environnement. Nous sommes en négociation avec eux depuis plus d’un an pour les cinq stations d’épuration. Nous avons des accords pour trois d’entre elles. Il nous en reste deux. Nous voulons présenter un dossier complet aux élus. »