Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le terrain naturel du parc Central qui sera transformé en terrain synthétique ne pouvait pas être ouvert avant le 15 mai parce qu’il fallait l’assécher après l’hiver.
Le terrain naturel du parc Central qui sera transformé en terrain synthétique ne pouvait pas être ouvert avant le 15 mai parce qu’il fallait l’assécher après l’hiver.

Soccer au parc Central : un important besoin de terrains

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Deux séances extraordinaires du conseil municipal dans la même semaine; deux séances de questions des citoyens principalement axées sur le projet d’ajout de terrains de soccer au parc Central. Mercredi midi, trois des quatre questions posées par les citoyens visaient à justifier la nécessité d’aménager de nouvelles surfaces pour ce sport populaire. La présidente du conseil, Nicole Bergeron, a indiqué que la plupart des terrains de soccer sont surutilisés.

Christian Lavoie, par exemple, qualifiait la construction potentielle de ces terrains comme un énorme sacrifice pour les résidants du secteur. Il demandait si la Ville était en mesure de fournir un ratio d’utilisation des terrains de soccer pour justifier l’ajout de nouvelles surfaces de jeu. 

Alexandre Goulet estime pour sa part que la quiétude des citoyens sera grandement menacée si ce projet se réalise et demande si, devant le tollé provoqué et les milliers de signatures recueillies dans une pétition, il n’est pas préférable d’annuler les démarches pour valider ou invalider ce projet.

Pierre Beaudette, lui, se demandait si la conversation d’un terrain naturel en terrain synthétique, cette année, était liée au pôle de soccer qu’on souhaite créer au parc Central ou si les projets sont indépendants. 

Nicole Bergeron a expliqué que pour ne pas briser les terrains de soccer naturels, on vise une utilisation qui varie entre 15 et 25 semaines par année, en incluant la pratique libre. Celui qui sera remplacé par un terrain synthétique au parc Central, en excluant la pratique libre, est utilisé 35 heures par semaine entre le 15 mai et le début septembre. « Avant le 15 mai, il est fermé pour être asséché à la suite de l’hiver, et après la fête du Travail, il est souvent trop abîmé pour être utilisé. Des travaux de remise en état doivent être réalisés avant l’hiver. La conversion de la surface permettra une utilisation de 50 h par semaine entre le 1er avril et la fin novembre. »

« Les terrains synthétiques des partenaires et celui de la Ville ne répondent pas aux besoins avant le 15 mai et après la fête du Travail. En fait, les institutions d’enseignement utilisent les terrains synthétiques pour leurs équipes de sport-études, ce qui fait que peu d’heures sont disponibles pour le Mistral durant cette période. » 

Mme Bergeron précise que les terrains naturels sont presque tous utilisés par le Mistral et que l’occupation visée est dépassée sur plusieurs terrains. L’ajout de terrains synthétiques permet de bonifier leur utilisation entre le 1er avril et le 15 novembre.

Nicole Bergeron a rappelé qu’une soirée de discussion sur les besoins en loisirs et les terrains sportifs dans le secteur ouest et prévue dans les semaines à venir. Les citoyens intéressés peuvent déjà consulter l’onglet « Développement de terrains sportifs/secteur Ouest »  et laisser leurs coordonnées pour recevoir plus de renseignements. 

Enfin, la transformation d’un terrain naturel en terrain synthétique au parc Central n’est pas une phase dans un plus grand projet.