James Benoit a entre autres fait partie de l’équipe d’entraîneurs qui a participé à la relance de l’équipe de football du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, en 2002, en compagnie entre autres d’Alain Lapointe et de Jean-Benoît Jubinville.
James Benoit a entre autres fait partie de l’équipe d’entraîneurs qui a participé à la relance de l’équipe de football du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, en 2002, en compagnie entre autres d’Alain Lapointe et de Jean-Benoît Jubinville.

SLA: James Benoit est décédé

Bien connu en région dans les différents milieux sportifs, et principalement dans celui du football, James Benoit est décédé dans la nuit de vendredi à samedi après avoir été admis aux soins palliatifs. M. Benoit souffrait de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), ou maladie de Lou Gehrig, depuis cinq ans. Il est décédé à l’âge de 49 ans.

Il laisse dans le deuil sa femme Manon et ses deux enfants, Jérémy et Noémie.

M. Benoit a entre autres fait partie de l’équipe d’entraîneurs qui a participé à la relance de l’équipe de football du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, en 2002, en compagnie entre autres d’Alain Lapointe et de Jean-Benoît Jubinville.

Il a également été entraîneur avec les Volontaires du Cégep de Sherbrooke et au football civil sherbrookois, avec les Bulldogs de Sherbrooke.

James Benoit a été honoré en février 2019 par La Tribune, lors de son gala annuel du Mérite estrien. Sa grande contribution au milieu sportif sherbrookois lui a valu cet honneur.

Il aura été entraîneur de football et de boxe olympique, en plus de jouer au hockey, au baseball, au tennis, au tennis de table, entre autres. 

James Benoit était un passionné de sport ; il n’aura pas uniquement changé sa vie en pratiquant ses loisirs préférés. Il aura également changé la vie de centaines de jeunes qu’il a pris sous son aile pendant plusieurs années. Il a pris sa retraite en 2017 et il était cloué dans un fauteuil roulant à cause de la maladie.

Ce qui ne l’empêchait pas de parler avec le sourire de football et du Canadien de Montréal.

À La Tribune, lors de la réception de son prix, James Benoit avait alors confié à la journaliste Marie-Christine Bouchard qu’il affrontait la maladie avec sérénité.

 « Je vis au jour le jour, comme tout le monde devrait le faire. J’ai décidé de vivre pleinement ma maladie, comme j’ai vécu le reste de ma vie. J’ai occupé des postes où j’étais un leader, un rassembleur, un motivateur et j’ai développé plein de belles qualités comme la détermination. C’est ça que je veux laisser derrière moi, à mes enfants surtout », a soutenu James Benoit.

En octobre 2018, il a été honoré par les Volontaires du Cégep de Sherbrooke. Son fils a également joué pour les Volontaires.

M. Benoit a aussi été honoré par plusieurs programmes de football, non seulement à Sherbrooke, mais aussi à Saint-Hyacinthe. 

Sa passion pour le football s’est manifestée alors qu’il avait 17 ans. En compagnie de son frère, il participe au camp d’entraînement des Spartiates du Vieux-Montréal, où il sera accepté comme receveur.

C’est en 1997 que M. Benoit a commencé ses années d’entraîneur de football, dans une école privée de son Saint-Hyacinthe natal. 

Il y a alors fait la rencontre d’Alain Lapointe, qui l’attirera plus tard à Sherbrooke pour lancer le Vert & Or, comme entraîneur et recruteur.

Il a également été directeur général des Bulldogs en 2009, une autre implication bénévole qui l’a marqué.

James Benoit a reçu plusieurs hommages, dont celui de bâtisseur pour le Vert et Or, pour les Bulldogs et pour les Patriotes de Saint-Joseph.

Malgré la maladie, il a continué de s’impliquer, entre autres comme président d’honneur de la marche annuelle afin d’amasser des fonds pour lutter contre la SLA, au parc Jacques-Cartier, en 2018.