Contenu commandité
Six solutions pour verdir nos villes
Six solutions pour verdir nos villes
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
François Bernier de l’organisme La Brouette qui chapeaute le projet.
François Bernier de l’organisme La Brouette qui chapeaute le projet.

Un jardin collectif intergénérationnel

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Cet été, les 12 à 17 ans de la Maison de jeunes Chakado du secteur Sainte-Marthe de Trois-Rivières et leurs voisins du quartier apprendront à faire connaissance grâce à un jardin intergénérationnel collectif. Il ne s’agit pas d’un jardin communautaire où chaque personne dispose de sa propre parcelle de terrain. Le jardin collectif appartient plutôt à tous les participants, de même que les végétaux qui y sont cultivés.

Cette aventure, pilotée par l’organisme La Brouette, se réalisera au parc municipal Roger-Guilbault qui appartient à la Ville de Trois-Rivières où est située la Maison de jeunes Chakado.

Une première approche avait déjà été réalisée auprès des jeunes. La Ville avait fourni plusieurs bacs en béton afin de leur permettre de s’initier aux plaisirs du potager. L’expérience avait beaucoup plu aux ados, raconte François Bernier qui, avec Joëlle Carle, a cofondé l’organisme La Brouette il y a près de quatre ans dont la mission est de faire la promotion et le développement de l’agriculture urbaine grâce à l’accompagnement et à la mise en place de solutions.

Créer un jardin communautaire était malheureusement interdit à cause de la COVID, l’an dernier. La Brouette avait donc réquisitionné le terrain pour en faire un jardin solidaire et en distribuer les fruits à des organismes d’aide alimentaire. Il a été possible, ainsi, d’améliorer le sol pour en faire profiter les futurs jardiniers. Les jeunes qui fréquentent Chakado, cette année, auront de quoi s’amuser avec un beau carré de 20 sur 30 mètres, soutenu par La Brouette qui leur apportera les connaissances horticoles nécessaires au succès de l’opération.

«Au fil de l’été, on va développer certaines activités pour parler de pollinisation, d’entretien, de paillis, d’arrosage, d’insectes, etc.» explique M. Bernier.

Les jeunes auront de quoi passer facilement deux demi-journées par semaine au jardin. Ce projet s’adresse autant à ceux et celles qui ont de l’expérience qu’aux personnes en quête d’apprentissage, signale M. Bernier. «Si l’on a des personnes qui possèdent plusieurs années d’expérience en jardinage, elles vont pouvoir transmettre leurs connaissances au groupe. Sur le plan de la cohésion sociale, ça fait un beau projet», fait-il valoir.