Contenu commandité
Six solutions pour verdir nos villes
Six solutions pour verdir nos villes
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’agriculture urbaine tend à occuper une place de plus en plus importante à Granby. Et le parc industriel n’est pas en reste. L’aménagement de serres et la culture du sol y sont désormais permis.
L’agriculture urbaine tend à occuper une place de plus en plus importante à Granby. Et le parc industriel n’est pas en reste. L’aménagement de serres et la culture du sol y sont désormais permis.

L’agriculture s’invite en zone industrielle

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
L’agriculture urbaine tend à occuper une place de plus en plus importante à Granby. Et le parc industriel n’est pas en reste. L’aménagement de serres et la culture du sol y sont désormais permis.

La réglementation a été modifiée en ce sens au début de l’année, de façon à répondre à certaines demandes exprimées par des entrepreneurs qui souhaiteraient permettre à leurs employés de mettre les mains dans la terre, par exemple durant leurs pauses. 

Aucune demande de permis n’a encore été déposée officiellement, mais l’intérêt est bien présent pour l’aménagement de serres, affirme l’urbaniste à la Ville de Granby, Yani Authier. 

Outre le secteur industriel, la modification réglementaire réalisée vise également les zones commerciales et institutionnelles. Un supermarché pourrait ainsi faire pousser des légumes sur son toit. 

Certaines restrictions s’appliquent, mais les entrepreneurs ou commerçants jouissent malgré tout d’une certaine latitude, estime l’administration municipale. 

Cette nouvelle ouverture pour ce type de projet permet au passage d’harmoniser la réglementation, souligne le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire, Benoit Carbonneau. Car la Ville de Granby a aussi revu les normes en matière de revêtement pour les toits plats de tous les bâtiments, à l’exception des immeubles résidentiels de trois logements et moins. Ils doivent désormais être blancs et/ou végétalisés, de façon à réduire les îlots de chaleur. Toits verts et production de légumes peuvent ainsi aller de pair, note M. Carbonneau. 

Stationnements plus verts

Autre nouveauté : les espaces de stationnement sont aussi appelés à se faire plus «verts». De nouvelles normes ont été mises en place au cours des derniers mois. Des îlots de verdure sont désormais exigés pour tous projets d’aménagement ou de reconstruction d’aire de stationnement de 30 cases ou plus. Ces îlots doivent permettre la plantation d’arbres à moyen ou à fort déploiement.

L’objectif : réduire les îlots de chaleur et améliorer la rétention d’eau, souligne l’urbaniste Yani Authier. Forte de son Plan Environnement adopté l’an dernier, la Ville a entrepris d’accélérer la réalisation des mesures inscrites dans le plan d’action. Récemment, les élus ont adopté, non sans dissidence, une Politique de conservation des milieux naturels.