École Jean XXIII

Six écoles en attente d'agrandissement

La région de l'Estrie a de grandes attentes pour les 400 millions $ qui ont été débloqués par le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx pour la construction et l'agrandissement d'écoles dans la province en 2017-2018.
À elle seule la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, qui a inauguré deux écoles neuves en 2015 et qui en inaugurera une troisième en 2018, a cinq projets d'agrandissement déposés à Québec à l'heure actuelle, pour un total de 12 à 15 millions $.
Un de ces projets vise à faire passer de 14 à 21 classes la future école C qui doit être construite à l'angle du boulevard René-Lévesque et de la rue Matisse dans la prochaine année.
L'école Jean-XXIII du secteur d'Ascot est également sur la liste depuis 2016, pour 8 classes supplémentaires qu'elle espérait concrétiser en 2018.
Les trois autres dossiers concernent la mise en place de gymnases mieux adaptés à la réalité d'aujourd'hui aux pavillons Laporte de l'école des Avenues, Assomption de l'école Pie-X de l'Assomption, ainsi qu'à l'école Sylvestre.
« On n'a pas plus de détails pour l'instant, mais on espère », a lancé en entrevue avec La Tribune jeudi le président de la CSRS Gilles Normand.
Le projet d'agrandissement de l'école de la Source-Vive à Ascot Corner, même s'il a fait l'objet d'une demande au ministère de l'Éducation au cours des dernières semaines, doit être déposé officiellement après que les règles du plan quinquennal d'investissement du MÉES seront dévoilées d'ici la fin du mois de juin, explique par ailleurs Carl Mercier, directeur général adjoint à l'administration à la CSRS.
Du côté de la Commission scolaire des Sommets, on est en attente d'une seule réponse, soit l'agrandissement de l'école Saint-Pie-X à Magog, informe la conseillère en communications Julie Verreault.
Enfin, à la Commission scolaire des Hauts-Cantons on est heureux de souligner que l'école de la Voie-Lactée a déjà eu son feu vert pour des travaux cet été (voir autre texte en page 30).
Pour ce qui est de l'école Louis-Saint-Laurent de Compton, qui a pallié son problème d'espace cette année en aménageant trois classes de l'autre côté de la rue, dans le pavillon Notre-Dame-des-Prés où loge aussi le CPE Les Trois pommes, la commission scolaire précise qu'il n'y a pas de projet d'agrandissement officiellement déposé.
« Il y a une volonté du milieu, convient l'agente d'information Marie-Claude David. Le comité de mobilisation cherche toutes les opportunités, mais il sait très bien que le ministère n'accordera pas d'agrandissement si on a des locaux disponibles dans d'autres écoles à proximité. »
Rappelons que mardi, le ministre Sébastien Proulx a annoncé une aide financière de 400 millions $ aux commissions scolaires pour l'année 2017‑2018. À l'heure actuelle, 41 projets sont autorisés et pourront être réalisés dès l'été 2017.
Le ministre Proulx a aussi annoncé que, dans la foulée des travaux sur l'élaboration de la première Politique de la réussite éducative, qui sera dévoilée ce printemps, tous les projets de construction ou d'agrandissement d'infrastructures scolaires, tant en formation générale qu'en formation professionnelle, se verront désormais accorder une augmentation pouvant aller jusqu'à 15 % du coût des travaux et des frais afférents pour la mise en oeuvre de solutions architecturales ou d'ingénierie permettant de soutenir la réussite éducative des élèves ainsi que le développement durable.
Feu vert à Notre-Dame-des-Bois
Le projet-école-communauté d'agrandissement de l'école de la Voie-Lactée, à Notre-Dame-des-Bois, a reçu le feu vert du ministère de l'Éducation du Québec. Le projet se voit du même coup offrir une subvention substantielle de plus de 410 000 $. 
Tous les espaces de l'école étaient surutilisés : la bibliothèque servait de local pour les services d'orthopédagogie, de psychologie et pour l'hygiéniste dentaire. Le gymnase, qui faisait figure archaïque avec ses 12 colonnes au milieu de l'espace, servait également de salle à manger des élèves.
Cette subvention vise à financer le nouveau gymnase et la salle communautaire, deux éléments importants de l'agrandissement pour combler les besoins des élèves toujours nombreux d'année en année. Ces locaux étaient les seuls admissibles dans le programme de subvention du ministère de l'Éducation. La bibliothèque, pour sa part, sera construite en même temps, mais sera financée avec l'aide du Fonds de la taxe sur l'essence contribution du Québec (TECQ).
« Nous profiterons des vacances scolaires et de l'absence des élèves pour construire le nouvel édifice durant l'été, a fait remarquer la conseillère municipale de Notre-Dame-des-Bois, Julie Demers. Ça va également inclure le réaménagement de l'accès et des classes. Ces locaux devraient être prêts pour la fin de l'automne, mais ce sera difficile de les inaugurer pour la rentrée de septembre. Nous avons eu certains délais au niveau des plans et des appels d'offres. »
Les coûts globaux du projet atteignent 1,1 M$ alors qu'ils étaient évalués à 1 M$ au départ. Le contrat de construction a été octroyé cette semaine. La première pelletée de terre sera effectuée à la fin du mois du juin.
« Nous avons aussi eu de grands donateurs parmi les entreprises de la région et certains particuliers, conclut Julie Demers. Mais le projet se trouve encore en campagne de financement, car les derniers dollars sont toujours les plus difficiles à amasser. - Ronald Martel