Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’animateur Boucar Diouf ouvre le dialogue sur les changements après-COVID dans le documentaire <em>L’adaptation</em>, diffusé sur les plateformes de Radio-Canada. En mandarin, rappelle-t-il, le mot « crise » signifie à la fois danger et opportunités.
L’animateur Boucar Diouf ouvre le dialogue sur les changements après-COVID dans le documentaire <em>L’adaptation</em>, diffusé sur les plateformes de Radio-Canada. En mandarin, rappelle-t-il, le mot « crise » signifie à la fois danger et opportunités.

S’inspirer de Lac-Mégantic pour préparer l’après-COVID

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’équipe de proximité qui accompagne la communauté de Lac-Mégantic dans son rétablissement depuis la tragédie ferroviaire de 2013 occupe un large segment d’un documentaire sur les impacts de la COVID sur la société de demain, animé par l’unique Boucar Diouf et réalisé par la journaliste Karina Marceau.

L’équipe de tournage a suivi pendant quelques heures différentes initiatives mises en place avec des travailleurs sociaux pour prendre soin des Méganticois, en allant vers eux plutôt qu’en attendant qu’ils réclament de l’aide. Qu’on pense entre autres à la distribution de colis douceur, aux BD à messages de la Patate bienveillante, aux photo-voix ou encore à l’escouade tactique qui s’est mise à l’écoute des « murmures de la cité ».

« J’ai été éblouie par le travail qui se fait à Lac-Mégantic », confie Karina Marceau. 

« Dre [Mélissa] Généreux est une femme inspirante qui réfléchit en dehors de la boîte et je suis persuadée que la crise actuelle nous invite à faire de même », ajoute-t-elle à propos de la médecin-conseil à la direction de santé publique de l’Estrie qui travaille avec la communauté de Lac-Mégantic depuis toutes ces années et qui a sondé régulièrement les populations depuis la COVID pour conclure qu’une autre pandémie, de problèmes de santé mentale celle-là, nous guette si on ne s’en préoccupe pas.

Sans doute inspiré lui aussi par cette initiative, le ministre de la Santé Lionel Carmant a d’ailleurs annoncé en novembre un investissement de 19 M$ pour implanter des équipes d’éclaireurs sur le terrain, sur le modèle de l’équipe de proximité de Lac-Mégantic, pour aller à la rencontre des clientèles vulnérables.

« Ce que disent les membres de l’équipe de la Dre Généreux, c’est que oui, on est dans une situation de distanciation physique, mais cessons de parler de distanciation sociale. Parce qu’au contraire, c’est de rapprochements sociaux dont on a besoin dans un contexte de distanciation physique et la nuance est importante », constate Karina Marceau.

L’équipe de tournage du documentaire <em>L’adaptation </em>s’est arrêtée à Lac-Mégantic l’automne dernier pour s’inspirer de différentes initiatives mises en place depuis la tragédie ferroviaire de 2013.

Se réinventer chaque jour

Dans le documentaire d’une heure, intitulé L’adaptation en référence à ce que la pandémie de COVID-19 va imposer comme changements dans nos vies, Boucar Diouf ouvre le dialogue avec une demi-douzaine de jeunes de tous les horizons « qui vont hériter des conséquences des gestes qu’on pose aujourd’hui ».

Outre la santé mentale, il est beaucoup question d’environnement, du port du masque, d’autonomie alimentaire, de milieux de vie, d’urbanisme, de dette publique, de télétravail et de voyages, entre autres. En puisant dans l’histoire et en présentant des initiatives et des points de vue d’experts cueillis aux quatre coins du Québec. 

« La crise actuelle nous pousse chaque jour, et presque chaque heure, à apprendre à danser avec ce qui se présente, ajoute Karina Marceau. Depuis la Seconde Guerre mondiale, on est une société qui essaie de tout contrôler à la fois sur le plan de la santé, la médecine, et là ce que cette pandémie nous ramène en pleine face, c’est qu’il apprendre à se réinventer avec ce qui se présente chaque jour. »

« Il peut sortir du bon de tout ça, croit-elle. Surtout si tant qu’à refaire, on refait en bien. Lac-Mégantic par exemple a reconstruit son centre-ville de façon durable avec le premier microréseau d’énergie solaire. La façon dont les services sociaux ont été restructurés, aussi, c’est bien fait. On a collectivement à prendre exemple de ce qui s’est fait là. Quand on va dans cette communauté, ce n’est pas une communauté atterrée qu’on rencontre, loin de là, c’est une communauté qui continue de se rebâtir de façon positive avec ce qui s’est passé. Je trouve ça inspirant et j’espère que c’est ce qu’on va réussir à faire collectivement avec la crise actuelle. »

L’adaptation est disponible sur la plateforme de vidéos sur demande ICI Tou.tv à compter de vendredi et sera diffusé sur les ondes d’ICI Radio-Canada le samedi 30 janvier à 22 h 30.