Une équipe d’étudiants en informatique de l’Université de Sherbrooke participe à un concours lancé par Ubisoft. Martin Daigle, Naomi Lépine, Marie-Pier Desharnais et Philippe Cauchon (ainsi que Simon Adam, Alexandre Fradette, Iannick Langevin et Thibault Prin, absents sur la photo) ont développé un prototype de jeu vidéo pour conscientiser les joueurs à la réalité d’une personne non voyante.

Simuler la réalité des non voyants

Ubisoft a lancé le défi aux étudiants universitaires de changer le monde, rien de moins, en créant un jeu vidéo qui sensibilise les joueurs à une cause sociale de leur choix. Une équipe de l’Université de Sherbrooke a tenté le coup en développant Echo, un prototype de jeu vidéo visant à conscientiser les gens à la réalité d’une personne non voyante.

« Pour comprendre la réalité des personnes non voyantes, je suis allée rencontrer une personne qui est légalement non voyante. Nous avons aussi fait beaucoup de recherche et lu plusieurs témoignages pour savoir les problématiques que ces personnes peuvent vivre », explique Naomi Lépine, qui fait partie de l’équipe de sept étudiants du département d’informatique qui s’est inscrite au concours.

Dans le jeu, une femme aveugle et son chien guide doivent parcourir un trajet. Ils s’entraident pour atteindre un objectif, se rendre à un café pour chiens. Au cours du trajet, le duo rencontra des obstacles. Des barrières, des boîtes, des écureuils et, bien sûr, des routes achalandées.

« Il n’y a pas de contrainte de temps, l’important est de parcourir le trajet d’une façon sécuritaire », ajoute Marie-Pier Desharnais, précisant que son équipe a consacré environ 1000 heures pour la réalisation de ce projet.

Le défi lancé par Ubisoft aux étudiants est de développer, en 10 semaines, des prototypes de jeu vidéo jouables en 3D qui répondent aux thèmes, mandats et contraintes fournis par un jury composé de professionnels de l’entreprise. Les équipes peuvent être multidisciplinaires, interfacultaires ou interuniversitaires. À l’issue du concours, le jury récompense le travail d’équipes dans différentes catégories et 22 000 $ sont remis aux gagnants sous forme de bourses d’études. De plus, Ubisoft garantit l’octroi d’au moins dix stages ou emplois parmi les participants au concours.

Pour l’édition 2018 du concours Ubisoft, 19 équipes provenant de dix différentes universités québécoises se sont inscrites. Cela représente quelque 150 étudiants.

Ubisoft en est à son huitième concours universitaire.

En plus de Naomi Lépine et Marie-Pier Desharnais, l’équipe est composée de Simon Adam, Philippe Cauchon, Martin Daigle, Alexandre Fradette, Iannick Langevin et Thibault Prin, un artiste du centre NAD à Montréal.

Les noms des équipes gagnantes seront révélés lors d’un gala au théâtre Rialto, à Montréal, le lundi 23 avril.