Jeudi avait lieu le vernissage de la nouvelle exposition permanente de la Société d’histoire de Sherbrooke Mémoires sherbrookoises.

SHS: Une nouvelle exposition permanente à l'image des Sherbrookois

C’est quoi Sherbrooke? C’est quoi un Sherbrookois? Pour certains, Sherbrooke est une ville étudiante; pour d’autres, une terre d’accueil.

La nouvelle exposition permanente de la Société d’histoire de Sherbrooke (SHS) donne la parole aux citoyens de la ville. Mémoires sherbrookoises affiche les perceptions et les pensées des Sherbrookois des années 1870 à aujourd’hui.

En plus d’une fouille dans les archives, l’équipe de la SHS a passé en entrevue plusieurs personnes afin de recueillir des témoignages sur ce que les Sherbrookois actuels pensent de leur ville.

Tout au long de l’exposition, les gens continueront à définir leur ville dans un photomaton. Les visiteurs seront invités à écrire sur un tableau quelques mots sur Sherbrooke pour ensuite se prendre en photo. 

« L’exposition, selon les quartiers et la langue, est à l’image des Sherbrookois, mais à partir de la vie quotidienne. On passe par la vie de famille, la santé publique, les commerces et la vie industrielle. Sherbrooke a quand même été une ville industrielle pendant 100 ans, on ne pouvait pas passer à côté de ça. On veut parler du quotidien, du vécu », affirme Marie-Ève Gingras, coordonnatrice à la diffusion et chargée de projets de la SHS. 

Animations vidéo, objets, écrits, souvenirs et photos feront voyager les gens dans les conversations de l’époque. 

« On va se reconnaitre et reconnaitre ce que nos grands-parents nous ont raconté. »

Placotages

D’autant plus, le visiteur participera à l’exposition en s’insérant dans la peau d’un téléphoniste des années 60 en écoutant des conversations dans un standard téléphonique. 

Pour les amateurs de placotage, un vieux séchoir de salon de coiffure en fera parler plus d’un sur les potins de la Ville de Sherbrooke. 

Il y a même un clin d’œil aux premiers habitants nomades Abénakis de la région avec une projection vidéo de la légende De Mena sen à Menakoa.

Plusieurs artisans ont participé à la conception de Mémoires sherbrookoises dont Anh Minh Truong, qui a signé la réalisation des différents montages vidéo, l’illustrateur Éric Chouteau et le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke. 

Sans oublier l’Office national du film et La Fabrique culturelle qui ont contribué à la nouvelle exposition avec des extraits vidéo.

« On voulait que ça soit beau! L’histoire, ce n’est pas juste des dates et de vieilles photos. On est fier de nos photos, mais on a décidé de les mettre en valeur. »

Une exposition inclusive

« C’est important pour nous d’inclure les différentes cultures dans nos expositions, parce que ça fait partie de la réalité sherbrookoise. L’ancienne exposition permanente c’était Sherbrooke terre d’accueil. On ne peut pas ne pas en parler. Les gens ailleurs au Québec ont choisi Sherbrooke comme il y a des gens de partout dans le monde qui ont choisi Sherbrooke. Ces gens apprécient leur terre d’accueil », souligne Marie-Ève. 

À cela, elle ajoute que Sherbrooke est une ville avec plusieurs vagues de communauté, qui ont contribué au développement de la ville. 

Nouvelle identité

La SHS a profité du vernissage de la nouvelle exposition pour présenter sa nouvelle identité. La Société d’histoire de Sherbrooke devient le Musée d’histoire de Sherbrooke. 

« Depuis plusieurs années déjà, une réflexion au sein de l’équipe tend vers une nouvelle raison sociale et une nouvelle image qui reflèterait davantage le dynamisme et la mission de l’institution. »