La Ville de Sherbrooke prévoit adopter au plus tard en mars 2018 un plan de mise en valeur de la zone agricole sur le territoire municipal.

Zone agricole : un plan de développement sera adopté en 2018

L'importance de la place de l'agriculture dans l'économie sherbrookoise est peut-être méconnue de la population. C'est pourquoi l'adoption prochaine d'un plan de développement de la zone agricole (PDZA), qui sera précédée d'un forum où seront consultés les intervenants du milieu, vise notamment à mettre en valeur la zone agricole.
Lyne Dansereau, urbaniste-coordonnatrice au Service de la planification urbaine et du développement durable à la Ville de Sherbrooke, explique que le plan, qui doit être adopté au plus tard en mars 2018, vise « à mettre en valeur la zone agricole et le plein développement des activités agricoles, entre autres une occupation dynamique de la zone agricole. »
Le PDZA est attendu, mais a été légèrement retardé. « Nous avons été un peu ralentis dans nos ardeurs compte tenu des démarches au service de l'urbanisme pour le règlement 1200. On relance la démarche qui permettra de développer et faire connaître davantage nos zones agricoles, bien que les deux tiers de notre territoire sont en zone rurale et agricole. Il y a beaucoup de gens qui vont découvrir ce potentiel-là », commente la conseillère Nicole Bergeron, présidente du comité consultatif agricole.
« Il nous permettra d'identifier nos actions à prioriser pour maximiser le développement des activités agricoles sur notre territoire. Les démarches culmineront par un forum. Ce sera non seulement permis, mais nécessaire et désiré que des gens donnent leur point de vue par rapport à ça. »
Mme Dansereau indique qu'un sondage comptant près de 90 questions a déjà été distribué auprès des agriculteurs, mais que d'autres consultations sont prévues pour présenter le portrait du territoire agricole, de manière à le bonifier et à établir l'amorce d'un diagnostic.
« Le temps fort sera un forum avec tous les acteurs des secteurs agroalimentaire et bioalimentaire pour établir une vision et des pistes d'action. Ça devrait se tenir à la fin septembre, soit le 27 ou le 28 », avance-t-elle.
« La finalité, c'est un plan d'action concerté, la création d'un comité de suivi pour la mise en valeur de la zone et des activités agricoles. »
Lise Dubord, urbaniste à la Ville de Sherbrooke, avance que le PDZA nécessitera peut-être une modification au schéma d'aménagement pour permettre la mise en application du plan.
François Bourassa, président de l'Union de producteurs agricoles de l'Estrie, accueille la démarche d'un bon oeil. « Je suis sûr que les citoyens connaissent très peu la valeur économique que l'agriculture et l'agroalimentaire apportent dans la ville de Sherbrooke. C'est la MRC qui a le plus d'entreprises agroalimentaires en Estrie. Il y a entre 60 et 70 fermes sur le territoire de la ville de Sherbrooke. »
Les citoyens qui souhaiteraient en apprendre davantage peuvent suivre la démarche et consulter la documentation sur le site de la Ville de Sherbrooke à sherbrooke.ca/pdza