La compagnie Wiptec poursuit ses activités et offre une majoration des salaires pour attirer du personnel.
La compagnie Wiptec poursuit ses activités et offre une majoration des salaires pour attirer du personnel.

Wiptec hausse les salaires

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Des entreprises font monter les enchères pour attirer des travailleurs en cette période de confinement contre le coronavirus.L’entreprise sherbrookoise WIPTEC offre une prime de 2$ de l’heure à ses employés et à ceux qui viendront grossir les rangs de ce spécialiste de préparation de commandes du commerce électronique.

« Nous le faisons d’abord pour ceux qui sont avec nous actuellement, pour les valoriser », explique Martin Ball, président Wiptec.

« Mais aussi pour aider au recrutement de nouveaux employés. Nous avons besoin d’une quarantaine de personnes actuellement. »

M. Ball évalue que la demande a augmenté de 1000 à 1200 pour cent par rapport à une période normale en raison de l’explosion du commerce électronique. Chez Wiptec, on compte environ 300 employés, mais on doit faire face à un taux d’absentéisme plus important que la normale, dit-il.

« Nous avons pris le taureau par les cornes. On pensait que ça ferait un temps, mais non, ça se continue. Certaines journées, c’est plus fort que durant le Black Friday! », lance-t-il.

« Nous avons pris des mesures de protection importantes pour les opérations. Par exemple, nous avons installé des rideaux d’isolation pour éviter la contamination croisée entre les employés, explique Martin Ball. C’est ce qui fait que nous sommes moins rapides actuellement. On prend le temps, c’est plus lent. Nous cherchons donc du personnel pour pallier ce ralentissement. Jusqu’à maintenant, la réponse est bonne. »

Rappelons que l’ensemble du personnel affecté à la préparation des commandes pour les magasins a été mobilisé pour celles des ventes en ligne.

Wiptec offre aux candidats de participer à des entrevues téléphoniques ou par vidéo afin de limiter le nombre de visiteurs au centre de distribution du parc industriel de Sherbrooke.

« Nous participons à la nouvelle économie. Une bonne partie de l’économie est soutenue par les ventes électroniques actuellement », analyse M. Ball.

Attitude reste en opération

Non loin de là dans le parc industriel, l’entreprise Attitude poursuit ses activités de fabrication de produits de soins corporels et ménagers naturels.

« Étant considérées comme activités manufacturières essentielles, la production et la distribution sont maintenues tout en renforçant les protocoles d’assainissement stricts mis en place dans l’usine et l’entrepôt depuis le début de cette crise sanitaire », déclare-t-on.

« Nous aimerions souligner particulièrement le travail de nos employés de l’usine, de la production et de l’expédition qui entrent chaque matin et s’assurent de mettre les bouchées doubles pour vous servir. »

Là aussi, le nombre  de commandes reçues est anormalement élevé, ajoute-t-on. Cela oblige à relever plusieurs nouveaux défis, notamment d’approvisionnement, de logistique de transport et de main-d’œuvre. « Nous déployons tous les efforts nécessaires afin de répondre à la demande de nos clients et partenaires dans le but ultime de subvenir aux besoins de la population québécoise », soutient-on.

Rappelons qu’Attitude a construit une usine au bout de la rue Robert-Boyd. L’investissement est de 15 millions $.

Les installations industrielles servent à la production et l’emballage entièrement automatisées de produits ménagers et de soins corporels.

SOS Odeurs

Pour sa part, l’entreprise sherbrookoise SOS Odeurs a obtenu l’autorisation de Santé Canada pour la mise en marché d’un gel antiseptique pour les mains. Le produit contient 70 % d’alcool éthylique.

L’entreprise entend répondre à la demande actuelle créée par les grands besoins pour le lavage des mains en cette période de propagation du coronavirus.

« La pandémie de la COVID-19 et la crise sanitaire qui en découle m’interpellent au plus haut point et je me suis personnellement engagée à faire ma part pour soutenir mes clients, nos anges gardiens de réseau de la santé et la population dans la lutte contre la propagation du coronavirus », a déclaré la présidente de SOS Odeurs, Josée Samson.

« En ces temps difficiles, nous devons prendre des initiatives et innover.»