Les gens de l’entreprise sherbrookoise Wiptec se préparent pour l’effervescence du Vendredi fou qui aura lieu dans quelques semaines.
Les gens de l’entreprise sherbrookoise Wiptec se préparent pour l’effervescence du Vendredi fou qui aura lieu dans quelques semaines.

Wiptec : chaude lutte entre Sherbrooke et la Rive-Sud

SHERBROOKE — La direction de l’entreprise Wiptec caresse toujours le projet d’établir un autre centre de préparation de commandes du commerce électronique. La lutte est chaude entre Sherbrooke et la Rive-Sud de Montréal.

« Le projet chemine, même si ça n’avance pas aussi vite qu’on le voudrait, confirme à La Tribune Martin Ball, président et propriétaire de l’entreprise spécialisée dans la préparation et la distribution de marchandises achetées via le web.

« Nous sommes en discussions avec la Ville de Sherbrooke. Le dossier suit son cours. Nous avons déposé des plans. Nous sommes en attente. Nous nous intéressons aussi à la Rive-Sud de Montréal pour implanter notre nouveau centre de distribution. C’est un marché important pour nous. »

Rappelons qu’au printemps, Wiptec a agrandi encore une fois ses installations sherbrookoises. L’usine visible de l’autoroute 410, dans le parc industriel de Sherbrooke, a été agrandie de 50 000 pieds carrés. L’investissement est de 7 millions $. 

Les travaux sont pratiquement terminés, à temps pour la haute période du commerce électronique qui entoure le fameux Vendredi fou. 

Il s’agissait de la septième fois que l’entreprise agrandissait ses locaux depuis son implantation à Sherbrooke. Le centre de distribution actuel en est à son troisième ajout de surface et atteint les 400 000 pieds carrés.

M. Ball prévoit devoir trouver encore de l’espace en prévision de la progression fulgurante des commandes du e-commerce dans les années à venir. On ne pourra plus agrandir à l’endroit actuel, d’où la volonté de construire un autre centre de distribution, explique-t-il.

Le futur centre de distribution devra être prêt pour l’automne prochain qu’on prévoit encore plus effervescent que celui de 2018. 

77 embauches 

Par ailleurs, l’entreprise est à la recherche active de main-d’œuvre pour combler des postes en vue de la période de pointe de l’année en matière de commandes via les ventes électroniques. « Pour le Black Friday, on prévoit devoir préparer 125 000 commandes », lance l’homme d’affaires. 

« Il faut être créatifs pour réussir ce tour de force et attirer des gens chez Wiptec. Nous sommes à 23 jours du Black Friday. Ce n’est pas beaucoup d’heures pour tout préparer. »

On a embauché 77 personnes en trois semaines, ajoute-t-il. On souhaite en trouver une quarantaine d’autres. Les recruteurs de Wiptec seront présents, vendredi et samedi, à la Foire diversité emploi.

Les nouvelles installations construites ont permis de moderniser les opérations. Martin Ball donne l’exemple d’un nouvel équipement qui pèse chaque commande. « Si le paquet pèse 3,1 kilos au lieu de 2,9 kilos, c’est qu’il y a un item de trop dans la boite. S’il pèse 2,8 kilos, c’est qu’il manque un item », analyse-t-il.

« On doit réparer l’erreur avant qu’il parte vers le client. Notre job c’est d’expédier des commandes parfaites. 100 pour cent des commandes seront pesées. »

Rappelons que Wiptec expédie des commandes à des magasins de grandes surfaces comme Walmart, Cotsco ou Canadian Tire, mais également les commandes en ligne des particuliers pour diverses bannières dont Sports Experts et David’s Tea.