Deux des trois lignes de tri de Valoris sont toujours arrêtées.

Valoris coûtera environ 1 M$ de plus aux Sherbrookois

L’augmentation des tarifs de Valoris pour l’année 2019 pourrait entraîner des dépenses supplémentaires avoisinant le million de dollars pour la Ville de Sherbrooke. Pour la MRC du Haut-Saint-François, il faut prévoir une hausse d’environ 400 000 $.

Dans un avis public publié dans La Tribune mercredi, on apprenait que le tarif pour les déchets passait de 107 $ à 133 $ avant le paiement de redevances, une hausse que le président de Valoris, Robert Roy, justifie par plusieurs imprévus.

« Il y avait des prêts qui n’étaient pas fermés. Ça représente une augmentation de 12 $ la tonne. On veut aussi repartir les lignes qui sont arrêtées, quand les litiges seront réglés. Ça nous prendra des ingénieurs et des électromécaniciens, ce qui justifie une augmentation de 2 $ la tonne. » S’ajoutent quelques autres pépins et une indexation au coût de la vie.

« Nous n’avions jamais indexé nos tarifs au coût de la vie, mais ce qui nous fait mal, ce sont vraiment les prêts. Augmenter les tarifs, c’est notre dernier recours. »

M. Roy cite les élections provinciales comme une cause des maux de tête à Valoris. « Toute la reconnaissance que nous avions eue pour toucher des redevances est remise en question. Nous ne savons pas où Recyc-Québec en était dans l’étude de notre dossier. Il est certain que sans ces redevances, nous ne repartirons pas les lignes qui sont arrêtées. Nous les avons arrêtées pour une raison : nous perdions 124 000 $ par mois à les faire fonctionner. »

Robert Roy a déjà pris contact avec les proches du député François Jacques. Il souhaite exposer la situation de Valoris à l’ensemble des députés de la région.

« Nous sommes en train d’épurer nos dossiers pour voir s’il n’y a pas d’autres cannes de vers qui vont nous tomber dessus. Il faut dire que les coûts supplémentaires ne se traduiront pas nécessairement par une augmentation de taxes. Certaines municipalités arriveront à les absorber. Par habitant, à Sherbrooke, on parle d’environ 7 $, alors que pour nous dans le Haut-Saint-François, ce sera 18 $ par habitant.

« Je n’ai jamais fait de promesses. Mon but, c’est qu’il n’y ait pas d’augmentations au-delà du coût de la vie. Les redevances feront toute une différence. Ça n’avance pas à la vitesse qu’on veut, mais ça avance. »

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, avait été particulièrement critique à l’endroit de son prédécesseur dans le dossier de Valoris. Il lui reprochait notamment de ne pas siéger au conseil d’administration. « Avec la nouvelle administration, nous avons fait un plan de travail, ce qui n’était pas le cas à l’époque. On a maintenant un échéancier. [...] On espère que la passation des dossiers se fera bien avec le nouveau gouvernement. La députée Geneviève Hébert est déjà au courant du dossier. Il va y avoir des bonnes nouvelles. On ne fera pas d’argent avec Valoris, mais on va traiter les déchets convenablement. »

Le dossier doit être présenté au conseil municipal d’ici la fin de 2018.