Le conseiller Bruno Vachon invite ses collègues à se pencher sur la possibilité de permettre le jeu libre dans les rues de Sherbrooke.

Vachon plaide pour le jeu libre dans la rue

Le conseiller Bruno Vachon invite ses collègues à se pencher sur la possibilité de permettre le jeu libre dans les rues de Sherbrooke.
Avant l'arrivée des vacances, l'élu du district des Châteaux-d'Eau évoquait les nouvelles dispositions de la loi 122 sur l'autonomie des municipalités pour lancer le débat. « Ce n'est pas quelque chose que nous avons regardé, mais la loi permet maintenant aux Villes d'entériner le jeu libre dans les rues. Plusieurs Villes sont déjà allées de l'avant pour l'encadrer. »
Un projet-pilote a effectivement été mis en place à Beloeil, un projet qui a aussi inspiré le maire de Rosemont-Petite-Patrie. Le maire de Québec Régis Labeaume a indiqué qu'il permettra aux jeunes de jouer dans la rue alors que le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, en fait quant à lui une priorité en prévision des prochaines élections municipales.
« Je comprends qu'on ne jouera pas dans la rue sur le boulevard Bourque ou la rue Galt, mais nous pourrions baliser et mettre de la signalisation pour dire que certaines rues sont sécuritaires. On veut que les jeunes sortent de derrière leur téléviseur, de derrière leur iPad, mais en ce moment, les policiers effectuent de la surveillance pour s'assurer qu'il n'y a pas d'exagération. Il y a quand même une certaine tolérance. »
Bruno Vachon invitait du même coup les élus à prendre connaissance de l'article « Va jouer dans le trafic », de François Bourque, publié dans Le Soleil le 21 juin dernier. « Il parle de l'acceptabilité du risque chez nos jeunes. Il y a une différence entre risque et danger. On a souvent beaucoup de commentaires à savoir si on attend qu'un jeune soit tué avant de réagir, mais il y a une perception que les parents ont changé dans leur acceptation du risque et dans leur mode de surveillance. »
M. Vachon ajoute que le jeu dans la rue pourrait permettre à la Ville d'économiser sur certains investissements dans les parcs. « Plutôt que de faire des équipements dans les parcs, on pourrait investir un peu dans l'affichage pour sécuriser nos jeunes dans les rues, où ils peuvent s'amuser avec des filets de hockey et des paniers de basket. »