La circulation fluide sur le pont Joffre malgré les travaux laisse croire à des cyclistes sherbrookois qu'il serait possible d'aménager une bande cyclable sans nuire à la circulation, à l'instar de ce qui a été fait sur le pont Jacques-Cartier.

Une voie pour les cyclistes sur le pont Joffre?

Serait-il possible d'aménager une bande cyclable sur le pont Joffre, à l'instar de ce qui a été fait sur le pont Jacques-Cartier en début d'été? C'est la question que plusieurs cyclistes se posent, constatant la circulation fluide sur l'artère, malgré la présence de travaux majeurs.
L'idée a entre autres été soulevée sur la page Facebook du groupe Vélo Urbain Sherbrooke. « Depuis plusieurs semaines, deux voies ont été retranchées sans causer de bouchons considérables. La preuve est donc faite que retrancher une voie pourrait être faisable. Le pont Joffre est un lien important pour connecter les voies cyclables dans le secteur et il est périlleux à emprunter à vélo à moins de marcher sur le trottoir », faisait dernièrement valoir un cycliste sherbrookois.
Questionné à ce propos, Jocelyn Grenier, directeur par intérim du Service des infrastructures urbaines et de l'environnement, affirme qu'il est déjà dans les plans de la Ville de construire un lien cyclable pour relier les deux rives de la rivière Saint-François.
« Dans le Plan directeur du transport actif, il y a un axe planifié sur le pont Joffre. Les culées sont déjà préparées pour accueillir une structure indépendante pour un corridor cyclable. Ce serait donc une construction en parallèle des voies routières puisque les débits routiers sont plus élevés ici qu'au pont Jacques-Cartier », explique M. Grenier.
Si la nouvelle construction devrait faire le plaisir des cyclistes, on ne sait toutefois pas quand elle sera érigée. Et il est question de plusieurs années.
« Le Plan directeur est fait pour un horizon de 15 ans. C'est toujours une question de priorité dans la construction des voies cyclables et c'est le conseil municipal qui décide des investissements faits chaque année », précise le directeur par intérim.
Selon lui, il serait difficile de condamner une des quatre voies du pont pour réserver de l'espace aux cyclistes. L'élargissement du trottoir pourrait être une option, « mais plus difficile en terme de géométrie », estime M. Grenier.
Bande VS piste
Arnaud Messier-Maynard, membre du Collectif d'urbanisme durable de Sherbrooke, questionne par ailleurs la décision de la Ville de Sherbrooke d'aménager des bandes cyclables sur les axes routiers ayant les plus gros débits routiers et des pistes cyclables dans les rues les plus tranquilles.
« Une piste est une voie de circulation réservée aux cyclistes séparée physiquement de la chaussée alors qu'une bande fait partie intégrante de la voie à laquelle elle est accolée. À Sherbrooke, lorsqu'il y a beaucoup de trafic, on a tendance à construire des bandes alors que les cyclistes sont beaucoup plus protégés dans des pistes. À l'inverse, sur des rues tranquilles, on va construire des pistes », fait valoir le cycliste.
Selon M. Grenier, cette tendance s'explique par le fait que les services de la Ville travaillent sur des tronçons déjà existants.
« Quand on peut faire des pistes cyclables, on le fait. Toutefois, quand on travaille avec de l'existant, on ne peut pas toujours couper une partie de la portion routière », explique M. Grenier.
« Par exemple quand on a refait entièrement le pont Aylmer, on a ajouté un espace pour les cyclistes. Mais ce n'est pas toujours possible. »