Dans son plan directeur d'aménagement et de développement de la rue King Ouest, la Ville de Sherbrooke proposera des aménagements plus verts, plus conviviaux pour le transport actif entre le boulevard Jacques-Cartier et le pont Montcalm.

Une vision pour le futur de la rue King Ouest

Dans son plan directeur d'aménagement et de développement de la rue King Ouest, la Ville de Sherbrooke proposera des aménagements plus verts, plus conviviaux pour le transport actif entre le boulevard Jacques-Cartier et le pont Montcalm. S'il n'est pas suggéré d'enfouir les fils électriques ni de retrancher de voies de circulation, l'aménagement de stationnements partagés et de « portes d'entrée » pour le parc Jacques-Cartier est proposé.
La présentation du plan directeur, qui orienterait les transformations du secteur pour les 15 ou 20 prochaines années, avait été retirée de l'ordre du jour du conseil municipal la semaine dernière. Le plan complet s'est toutefois retrouvé intégralement sur le site de la Ville de Sherbrooke.
Parmi les orientations, il semble convenu de maintenir le nombre de voies véhiculaires, de maintenir la largeur de la chaussée et de maintenir les poteaux électriques tels quels. L'implantation de lampadaires décoratifs n'a été retenue que sur un petit tronçon, tandis que l'idée de feux de circulation décoratifs a aussi été rejetée.
Trois intersections-clés ont été identifiées et pourront faire l'objet de traverses marquées en béton estampé ou en pavé. Il s'agit des intersections du boulevard Jacques-Cartier, de la rue de Vimy et du boulevard Queen-Victoria. Des murets en brique, en pierre ou en béton sont proposés en bordure des stationnements privés de la rue King Ouest pour encadrer davantage les piétons.
Dans le secteur de la Cité du parc, le plan fait état d'un réaménagement des rues Marchant et Marcil, entre autres avec l'ajout d'un trottoir. Une entrée piétonne aménagée pour le parc Jacques-Cartier pourrait voir le jour au coin Marcil et Jacques-Cartier. Le terre-plein central sur le boulevard Jacques-Cartier serait prolongé au sud de la rue Wiggett.
Un peu plus à l'est, on suggère l'aménagement d'une place publique identitaire à l'intersection de la rue Vimy, où des activités d'animation pourraient être organisées. Un escalier ou un belvédère pourrait marquer l'entrée du parc Jacques-Cartier à cette hauteur.
La Ville voudrait par ailleurs réaliser une étude pour évaluer la possibilité d'aménager un stationnement public entre les rues de l'Ontario, Victoria et Avila. Un terrain public au coin King Ouest et Marcil pourrait offrir un potentiel pour l'aménagement d'un bâtiment phare.
Dans le secteur récréotouristique, le bâtiment situé à l'embouchure du pont Montcalm et prêtant le flanc au lac des Nations pourrait être « mis sous écrin architectural ».
Un marquage clair des arrêts d'autobus et l'implantation d'abribus sont proposés, mais ils nécessiteraient une révision des emplacements pour respecter les longueurs minimales prescrites pour les arrêts. Des saillies paysagères, la plantation d'arbres et d'arbustes verdirait aussi la rue King Ouest.
Le projet, qui pourrait être réalisé en huit phases, coûterait près de 10 M$.
Parmi les constats les plus frappants dans l'analyse du secteur, la Ville retient la disparité des volumes des bâtiments et l'absence de mobilier urbain sur King Ouest.
La conseillère du district du Domaine-Howard, Chantal L'Espérance, rapporte que le plan vise à respecter la capacité de payer des citoyens. « Il aurait pu être beaucoup plus élaboré, mais l'ajout de lampadaires spéciaux, l'enfouissement des fils, ça coûte plusieurs millions de dollars. Il faut noter que toutes ces actions ne se feront pas du jour au lendemain, mais au fur et à mesure des interventions, nous référerons à ce plan qui pourra se bonifier dans le temps si les fonds sont disponibles. »
Mme L'Espérance précise qu'un des objectifs est d'accroître le partage des stationnements existants, quitte à conclure des ententes avec les commerçants pour utiliser leurs espaces à l'extérieur des heures d'ouverture. « Avec les refuges de verdure qu'on veut faire, nous perdrons aussi quelques places de stationnement sur la rue King Ouest. »
Sa plus grande fierté est celle du verdissement de la rue King Ouest pour « adoucir le béton ». « Nous avons des espaces qui nous appartiennent et que nous n'utilisons pas. Ça nous donnera peut-être envie de marcher sur King Ouest, de nous attarder, et qui sait, d'y découvrir les commerces. Il était temps qu'on propose quelque chose pour ce tronçon-là. »
Avant d'être adopté par le conseil, le document fera l'objet d'une soirée d'information le 30 août, à 19 h, au bureau d'arrondissement de Jacques-Cartier.