Lundi, le ministre responsable de l’Estrie, François Bonnardel, le président de Royer, Simon La Rochelle, et Guylaine Mathieu, directrice régionale Centre-du-Québec chez Investissement Québec, ont procédé à l’inauguration de la nouvelle usine sherbrookoise du fabricant de bottes de travail.

Une usine de bottes de travail ultramoderne pour Royer

La compagnie L.P. Royer a créé une trentaine d’emplois à sa nouvelle usine de Sherbrooke.

Le projet, qui s’élève à plus de 10 millions de dollars, permettra à ce fabricant de bottes de travail d’entreprendre le virage vers l’industrie 4.0 et de quintupler sa capacité de production.

Grâce à ce projet d’investissement, L.P. Royer pourra aussi rapatrier à Sherbrooke une portion des activités de production qui sont actuellement en sous-traitance en Asie et créer 32 emplois sur une période de trois ans dans la région.  

On a procédé à son inauguration lundi avant-midi sur la rue Robert-Boyd. L’usine et son porte-parole Georges St-Pierre sont visibles de l’autoroute 10 depuis plusieurs semaines.

« C’est comme un rêve de petit gars que je vis aujourd’hui », a lancé Simon La Rochelle, président et directeur général de l’entreprise.

« Nous prenons tout un virage à la fine pointe de la technologie. C’est la preuve que si on fait les bonnes choses, on peut décider de le faire entre nous. »

L’usine Royer de Lac-Drolet, celle qui a vu naître la compagnie en 1934, poursuit ses activités. On lui consacrera la production de bottes plus spécialisées.

Celle de Sherbrooke retiendra la production de masse. On y a installé un robot capable d’assembler 620 chaussures de travail à l’heure. 

L.P. Royer est en mesure d’attirer de la main-d’œuvre, assure M. La Rochelle. Toutefois, on est toujours à la recherche de candidats pour pourvoir des postes plus spécialisés.

Le gouvernement du Québec et Investissement Québec attribuent 6 millions de dollars à L.P. Royer pour l’implantation de cette usine et l’acquisition d’équipements à la fine pointe de la technologie. 

À LIRE AUSSI: Georges St-Pierre a perturbé le chantier de Royer...

Le gouvernement du Québec accorde d’abord un prêt de 3 millions de dollars par le biais du programme ESSOR alors qu’Investissement Québec consent un prêt de 3 millions de dollars.  

Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel, en a fait l’annonce au nom du ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, Pierre Fitzgibbon.  

« Nous avons la chance, ici en Estrie, de compter sur la présence et le succès de L.P. Royer, un leader dans le secteur de la fabrication de bottes et de souliers de travail de même que de chaussures militaires. Je suis très heureux que notre gouvernement soutienne sa croissance, car c’est grâce à la réussite d’entreprises manufacturières audacieuses et innovantes comme elle que nous pouvons assurer la vitalité et la prospérité économiques de la région de l’Estrie », explique M. Bonnardel.

M. Bonnardel ajoute que Royer peut servir d’exemple à d’autres entreprises pour ce qui est de rapatrier ici de la production habituellement confiée en Asie.

Guylaine Mathieu, directrice régionale Centre-du-Québec chez Investissement Québec, renchérit. Selon elle, l’équipe de la compagnie L.P. Royer a fait preuve d’une détermination certaine. « En espérant que d’autres feront de même », note-t-elle. « Nous serons là pour les aider dans leurs projets. »