Sœur Florence Wangari Yongi

Une soeur formée à Sherbrooke périt dans l’écrasement d’avion en Éthiopie

La congrégation des sœurs Missionnaires Notre-Dame-des-Anges de Sherbrooke est en deuil à la suite du décès de l’une des leurs dans l’écrasement du vol d’Ethiopian Airlines.

Une missionnaire originaire du Kenya, qui avait effectué sa formation à la maison-mère de la congrégation dans l’arrondissement de Lennoxville, prenait place à bord du Boeing 737 d’Ethiopian Airlines qui s’est écrasé dimanche peu après le décollage.

À lire aussi: Les soeurs Missionnaires quittent Lennoxville

Un professeur de l'université Carleton parmi les victimes en Éthiopie

Boeing chute à Wall Street après l'écrasement mortel en Éthiopie

Les lignes canadiennes rassurent les voyageurs après l'écrasement d'un Boeing

Sœur Florence Wangari Yongi fait partie des 157 personnes qui ont péri dans ce vol qui devait effectuer la liaison entre Addis Abeba en Éthiopie et Nairobi au Kenya.

« Cette nouvelle inattendue a causé tout un choc dans notre communauté. Tout le monde connaissait sœur Florence », mentionne sœur Thérèse Duchesne qui a formé puis côtoyé sœur Florence Wangari Yongi avant, pendant et après son noviciat.

Origine du Kenya, la femme de 35 ans a entrepris sa formation et a prononcé ses vœux à Sherbrooke en 2017.

« Florence était une personne très dynamique. Elle était joyeuse et s’émerveillait. J’ai été choyée de l’avoir sous ma responsabilité. C’était une personne capable d’engagement et d’organisation. Elle était très appréciée. Elle avait organisé un grand spectacle lors de sa formation », se rappelle sœur Duchesne.

Pendant qu’on en apprenait davantage, lundi, sur l’identité des 157 victimes de l’écrasement d’un vol d’Ethiopian Airlines dimanche matin, un mémorial a été érigé à Addis Abeba pour saluer les sept membres d’équipage décédés dans la tragédie.

En mission au Congo

Après avoir prononcé ses vœux en décembre 2017, sœur Florence Wangari Yongi a été assignée comme missionnaire à Kisangani en République démocratique du Congo.

« Elle s’occupait du travail social des jeunes femmes qui n’allaient pas à l’école. Elle faisait beaucoup d’activités avec elles. Elle était vraiment aimée. Je l’ai vue travailler sur le terrain au Congo. Elle était heureuse et engagée. Elle aimait beaucoup sa mission », signale sœur Duchesne.

« C’est une sœur qui s’occupait de l’animation vocationnelle dans les paroisses. Elle était très appréciée des jeunes », ajoute sœur Céline Lamy.

Sœur Florence Wangari Yongi retournait visiter sa famille au Kenya pour la première fois depuis son affectation comme missionnaire au Congo lorsque le tragique destin a frappé.

Selon sœur Duchesne, la missionnaire de 35 ans faisait la fierté de sa famille au Kenya.

« Ses parents étaient très fiers d’elle. Son père enseignait le catéchisme et était très heureux que sa fille soit missionnaire. Florence était une femme de relation. Elle se faisait facilement des amis et on l’aimait beaucoup partout où elle passait avec son sourire. Elle était une femme de foi et de prière », mentionne sœur Duchesne.

La congrégation des sœurs Missionnaires Notre-Dame-des-Anges a appris la triste nouvelle en vérifiant si sœur Florence était arrivée chez elle.

« Des sœurs au Congo ont fait des vérifications avec le numéro de son vol lorsqu’elles ont appris qu’il y avait eu un écrasement. C’était le même vol qu’elle devait prendre », se remémore tristement sœur Duchesne.

La mémoire de sœur Florence Wangari Yongi a été soulignée à la messe de la congrégation des Sœurs Missionnaires Notre-Dame-des-Anges, lundi matin.

« Son décès survient au lendemain des funérailles d’une autre sœur décédée d’un cancer au cours des derniers jours. Nous vivons ce nouveau décès dans la foi. Les chemins de Dieu ne sont pas ceux que l’on connaît. Nous cherchons à saisir ce qu’il veut nous dire à travers ces épreuves », explique sœur Thérèse Duchesne.

Trente-cinq nationalités, dont 18 Canadiens et 32 Kenyens dont sœur Florence Wangari Yongi, étaient représentées parmi les passagers et l’équipage à bord du vol ET 302, qui s’est écrasé à environ 60 km au sud-est d’Addis Abeba, près de Bishoftu.

Selon le PDG d’Ethiopian Airlines, le pilote a fait part de problèmes peu après le décollage et il a demandé à rentrer à Addis. Les enquêteurs éthiopiens et américains mèneront l’enquête de concert.