Le feu a pris naissance vers 4h du matin.

Une quinzaine de locataires jetés à la rue en pleine nuit à Lennoxville

Un incendie suspect a jeté des locataires à la rue, tôt vendredi, au coeur de l’arrondissement de Lennoxville à Sherbrooke.

Une quinzaine de locataires d’un immeuble de la rue College ont été sortis de leur sommeil par les pompiers de Sherbrooke en pleine nuit.

Bruce, un résident de l’immeuble, dormait profondément lorsqu’il a entendu cogner à la porte de son logement vers 4 h.

« J’ai entendu bang bang bang. J’ai juste eu le temps de prendre mon porte-feuille, ma veste et ma guitare. Toutes mes autres affaires sont restées à l’intérieur. Je n’ai pas d’assurances. Mais au moins, je suis en vie », explique le sinistré du 3004 de la rue College.

L’incendie a pris naissance dans une poubelle à l’extérieur du bâtiment dont le premier palier en façade était occupé par un nettoyeur et un traiteur.

L’enquête sur l’origine de l’incendie a été transférée au Service de police de Sherbrooke étant donné sa nature suspecte.

« Selon les premiers témoignages, l’incendie a commencé à l’extérieur du bâtiment. Le feu est monté par le mur extérieur pour atteindre l’entretoit. Il a pu couver plusieurs minutes avant qu’il puisse avoir été détecté. Lorsque les pompiers sont arrivés, le feu avait déjà attaqué le toit », explique le directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS), 

Stéphane Simoneau.

La priorité des pompiers a été d’évacuer les locataires. Ils ont adopté un mode défensif.

« La nouvelle caserne est située à moins de deux minutes. Les pompiers ont pu faire le tour de l’immeuble pour s’assurer que personne n’était resté à l’intérieur. L’intervention a été rapide. Le temps d’intervention rapide a certainement contribué à ce que personne ne soit blessé » signale le directeur du SPIS.

Le temps de mobilisation des pompiers à temps partiel dans cet arrondissement était de dix minutes avant l’ouverture de la nouvelle caserne de Lennoxville et la mise en place de pompiers permanents en juin dernier.

Immeuble de 300 000 $

Une trentaine de pompiers ont combattu les flammes.

Le bâtiment évalué à environ 300 000 $ a été lourdement endommagé.

« Il y a des dommages importants par le feu, l’eau et la fumée », mentionne le directeur du SPIS. 

Des locataires, dont des étudiants de l’Université Bishop’s, ont été aidés par les bénévoles de la Croix-Rouge. Trois étudiants, originaires de la Chine, qui ont tout perdu lors de l’incendie pourront bénéficier de cette aide aux sinistrés.

« Même nos ordinateurs sont restés à l’intérieur », signale l’un d’entre eux, Jing Dong Ni.

Sarah Gatis, une sinistrée vêtue de son pyjama et du seul chandail qu’elle a pu prendre avant de sortir, regardait les pompiers terminer le combat contre les flammes.

« J’ai pris mon cellulaire et je suis sortie. Le feu a commencé juste en bas de notre logement », mentionne la sinistrée.

Certains occupants de la résidence pour personnes âgées située à côté de l’immeuble incendié ont dû être déplacés par mesure préventive.

« Nous cherchons à ne pas évacuer autant que possible les personnes âgées ou en perte d’autonomie. C’est le principe que nous avons adopté. Les résidents ont été déplacés dans une autre aile du bâtiment par le personnel selon les procédures établies », explique le chef Simoneau.

Les pompiers ont travaillé rapidement pour libérer la très achalandée intersection des rues Queen et College avant l’heure de pointe matinale.