Gaétan Fauteux, de l’entreprise sherbrookoise VE Techno, croit au développement fulgurant de la voiture électrique. La demande pour ses bornes de recharge en témoigne.

Une demande «exponentielle» pour les bornes de recharge

Quand il entend des réticences concernant le futur de la voiture électrique, Gaétan Fauteux présente un sourire en coin.

Son entreprise, VE Techno, de Sherbrooke, fabrique des bornes de recharge pour les voitures électriques. La demande explose, dit-il.

À lire aussi: Prendre de l’avance dans l'installation d'une borne de recharge en condo

« La demande pour les bornes de recharge est là. Elle est exponentielle même! »

« Le volume augmente par trois et quatre fois. Chaque année, la demande pour les voitures au Québec double. Les concessionnaires manquent de voiture. »

TechnoVE, située sur le boulevard Bourque, a vu le jour en 2015. Pour le moment, elle donne du travail à trois personnes. La start-up voit à la conception et à l’assemblage des systèmes de recharge. Elle a recours à des fournisseurs de la région et d’ailleurs dans le monde pour les pièces, explique M. Fauteux.

Le fondateur de l’entreprise est un ingénieur ayant une formation en électronique et en informatique industrielle. Il se passionne pour les véhicules électriques depuis 2006. À l’automne 2008, il commence à faire des recherches sur les composantes de système de recharge des véhicules électriques.

De là un projet de conversion à l’électricité d’un véhicule à essence est lancé. En 2013, après avoir soumis des plans du projet, il obtient l’approbation du service de l’ingénierie de la SAAQ pour l’éventuelle immatriculation du véhicule converti.

C’est à la fin de 2015 que la compagnie est fondée et la fabrication de prototypes est commencée.

Présentement, l’entreprise est en attente de nouvelles certifications de procédés qui lui permettront d’étendre son rayon d’action.

Ces bornes de recharge de 240 VAC sont destinées aux secteurs résidentiel et commercial. De plus, l’entreprise poursuit le développement de nouveaux produits novateurs, en ajoutant à son catalogue des bornes de recharge rapide et plus économique.

« C’est rendu que les gens se demandent combien va valoir dans cinq ans la voiture à essence qu’on achète aujourd’hui à cause de la hausse de la demande pour la voiture électrique. Un jour, on va arriver à un point de bascule vers l’auto électrique », analyse l’homme d’affaires.

« On est en train de vivre un bouleversement dans le marché. C’est l’avenir. Le véhicule électrique, ce n’est plus seulement la voiture. Il y a aujourd’hui des camions, des camionnettes et des autobus. Tesla s’en vient avec un petit VUS, le Model Y. C’est un segment très en demande. »

Et les acheteurs de borne pensent de plus en plus à long terme, ajoute Gaétan Fauteux.

« Nous savons que d’ici cinq ans la recharge nécessitera une puissance supérieure. Les voitures du fabricant Tesla Motors sont déjà à 48 et 72 ampères. La Chevrolet BOLT EV se recharge à 32 ampères. De plus, nous aimerions que la borne nous indique la consommation d’énergie ainsi que d’autres informations. »

« On n’achète pas une borne seulement pour deux ans, mais pour 20 ans. Les gens prévoient qu’il faudra plus de puissance. Avec l’arrivée des pick-up, les chargeurs embarqués seront encore plus gros. »