Didier Prince pourra faire du ski comme il l’entend avec un nouveau prototype de ski assis développé par lui et une équipe d’étudiants de la faculté de génie de l’Université de Sherbrooke.

Un ski assis sur mesure

Un grave accident de surf a forcé Didier Prince à mettre sa passion pour le ski sur pause dans les dernières années. L’étudiant en génie de l’Université de Sherbrooke pourra toutefois recommencer à dévaler les pentes grâce à un modèle de ski assis développé par lui et quelques-uns de ses collègues.

« Il y a trois ans, je me suis cassé trois vertèbres cervicales et depuis ce temps je suis tétraplégique, explique Didier en entrevue avec La Tribune lors de l’exposition MégaGéniale. En reprenant mes études, j’ai proposé de faire un ski assis adapté à ma condition. »

Les modèles de ski assis disponibles sur le marché ne convenaient justement pas à sa condition, une tétraplégie de type C5.

« Présentement ce qu’on voit, c’est un ski assis avec un conducteur en arrière, explique-t-il. C’est sûr que ça me prend un accompagnateur pour m’aider avec le télésiège et des choses comme cela, mais en descente je veux être seul. Sur le marché il n’y a rien qui me permet de faire des virages coupés comme je veux le faire et aller chercher des sensations fortes. »

La conception d’un ski assis optimisé pour Didier s’est alors enclenchée.

« Après notre premier jet, je suis allé en faire et on a appris beaucoup de ça, ajoute-t-il. On a alors changé le concept complètement. On a innové avec un système de skis en appui, un peu comme sur un vélo pour apprendre à en faire. Ça me permet de me stabiliser et on a intégré un système de freinage que j’actionne moi-même. »

Les premiers tests sur les pentes devraient se faire dans les prochaines semaines.

« Je ne serai pas le premier à l’essayer pour une question de sécurité, mais je serai assurément le deuxième », lance Didier avec fébrilité.

Le prototype va d’ailleurs lui appartenir lorsque le projet sera terminé.

« J’ai été chanceux que les gens embarquent avec moi, résume-t-il. Ce sont des gens motivés, on est une belle gang. »