La résidence pour aînés projetée le long de la rue King Est, près de la 20e Avenue, compterait cinq étages en façade et sept étages à l’arrière.

Un projet pour les aînés coin King et 20e Avenue

Un projet de résidence pour aînés autonomes pourrait voir le jour le long de la rue King Est, entre la 20e Avenue et la rue Brochu. Le bâtiment, qui pourrait compter entre cinq et sept étages, comprendrait aussi des espaces commerciaux. Un amendement au règlement de zonage est nécessaire pour permettre la réalisation du projet.

« C’est un projet d’envergure au coin des rues King et 20e Avenue à Fleurimont. On parle d’une résidence de personnes âgées de 206 logements avec des commerces au rez-de-chaussée. Ça viendrait consolider le pôle commercial de la 20e Avenue. On le dépose d’un commun accord avec le promoteur, mais il y aura une soirée d’information en janvier pour les citoyens. Ce sera avant le processus officiel de consultation publique. Nous avons demandé au promoteur de faire cette rencontre », explique Vincent Boutin, président du comité consultatif d’urbanisme.

Le terrain du projet piloté par le Groupe Custeau est situé dans le Pôle d’affaires de Fleurimont. Il prévoit 279 m2 d’espace commercial et des logements de deux, trois ou quatre pièces et demie.

« Le secteur compte sur la présence de plusieurs commerces de proximité (épicerie, pharmacie, institutions bancaires, etc.) ainsi qu’un CLSC et une superclinique. Un éventail de commerces et de services généralement recherchés par la clientèle des résidences pour aînés », lit-on dans un document de référence de la Ville de Sherbrooke.

La grille d’analyse pour la conformité du projet indique que le projet devrait s’intégrer avec son milieu.

On indique aussi que la partie avant de l’immeuble serait limitée à 5 étages et que les 6e et 7e étages seraient situés légèrement en retrait.

« La hauteur projetée du bâtiment (7 étages) pourrait être une source de préoccupation auprès des résidents du secteur. Les études déposées par le requérant montrent toutefois que l’ensoleillement des bâtiments voisins au nord serait maintenu », lit-on encore.

L’étude en question fait état de l’ombrage que pourraient produire des arbres matures plantés dans une zone tampon, un ombrage qui serait plus important que celui provoqué par un immeuble de sept étages. 

Enfin, l’aménagement d’un stationnement de 165 cases est prévu. La majorité d’entre elles, soit 110 cases, se trouveraient au sous-sol de l’immeuble. Une zone tampon d’au moins 10 m est requise à la limite du terrain et de la zone d’habitation située à l’arrière, sur la rue Ovila-Noël.