Évelyne Beaudin
Évelyne Beaudin

Un projet « inspirant »

Les conseillers municipaux Évelyne Beaudin et Vincent Boutin appuient à 100 % le projet Parcours qui propose un tracé de dix kilomètres en boucle menant du centre-ville au mont Bellevue. Ils le qualifient toutefois d’ambitieux.

« C’est un projet très inspirant, souligne Évelyne Beaudin. Ça mise sur les forces qu’on a déjà au lieu d’essayer de créer quelque chose de toute pièce qui sort de nulle part. Je compare avec la place Nikitotek, disons. »

« C’est un projet qui reprend qui on est, ajoute pour sa part Vincent Boutin. Sherbrooke c’est une ville dans la nature. Ce qui est vendeur ce sont les milieux de vie. Pour qu’un projet marche, il faut que les gens du milieu se l’approprient et deviennent des ambassadeurs. Quand les citoyens croient à un projet, c’est plus facile d’attirer les gens. »

Les deux conseillers saluent l’inclusion du projet dans le milieu de vie des citoyens.

« C’est ça mon approche en tourisme, exprime Mme Beaudin. Pour que Sherbrooke devienne une ville attirante, il faut d’abord que ce soit une ville qui fait notre fierté et qu’on ait le goût d’inviter les gens. »

Les réalisations du projet sont évaluées à au moins 26,4 M$.

« En termes de grandeur, on a investi exactement le même montant pour un stationnement public dans le projet Well Sud, indique Mme Beaudin. Je pense qu’on en aurait eu beaucoup pour notre argent avec un projet comme celui-là. Il va falloir étaler ça dans le temps et faire plusieurs phases. »

« C’est un projet ambitieux, mais on ne fera pas ça en un an, renchérit M. Boutin. Il faut aller voir les subventions qu’on peut avoir et séquencer le projet pour respecter la capacité des Sherbrookois. »

M. Boutin dresse un parallèle avec le projet Cité des rivières qui a fait naître la promenade du Lac-des-Nations.

« Il y avait beaucoup de réticences à l’époque et 20 ans plus tard la question ne se pose pas, ça fait partie de notre fierté. »

M. Beaudin espère finalement que le projet sera le plus inclusif possible notamment pour les personnes à mobilité réduite. 

+

 « On ne peut pas tout faire »

 

Pierre Avard

 Les conseillers municipaux Paul Gingues et Pierre Avard ne considèrent pas que le projet Parcours devrait être une priorité pour la Ville de Sherbrooke.

« C’est un beau rêve, mais quand je regarde tous les projets qui sont sur la table en ce moment au centre-ville, je pense que ce n’est pas une priorité », mentionne Pierre Avard qui représente les citoyens de Fleurimont.

« On enclenche pour plus de 100 millions $ de projets spéciaux si on compte le pont des Grandes-Fourches, Well Sud et Galt Ouest, souligne pour sa part Paul Gingues du secteur Université. On a inscrit aussi un projet de 19 millions $ pour la construction d’un plateau de loisirs à Rock Forest. Est-ce que c’est réaliste de penser que le gouvernement va embarquer simultanément dans tous ces projets? J’ai un gros doute ».

Les deux conseillers citent la capacité de payer des Sherbrookois comme frein au projet.

« Je pense que si on demandait aux citoyens, qui viennent de recevoir leur compte de taxes, si c’est une priorité, je suis pas mal certain qu’ils parleraient plus de l’état des rues que de ce projet-là, souligne M. Avard. Il y a beaucoup de pavage qui pourrait être fait pour 26 millions $. »

« Les gens viennent me voir quand je fais mon épicerie pour me dire que leur loyer a augmenté et que ça leur fait mal », ajoute M. Gingues.

Pierre Avard estime qu’il s’agit d’un très beau projet, mais qu’il y a beaucoup d’autres endroits où cet argent pourrait servir.

« Il y a plein d’autres quartiers dans la ville qui ont besoin d’amour, souligne-t-il. Pourquoi on ne regarde pas les infrastructures qu’on a comme le parc Victoria qui a été laissé à l’abandon ou le parc Jacques-Cartier qui a besoin d’amour. Les priorités c’est ça. C’est un beau rêve qui pourrait peut-être devenir un cauchemar pour les citoyens. »

« C’est un très beau projet, mais il faut demeurer réaliste et garder les deux pieds sur terre, résume M. Gingues. Il faut se donner une vue d’ensemble et arrêter de prendre des décisions à la pièce. »