Un premier décès en Estrie depuis le 24 avril

Sherbrooke – Il n’y a plus aucune hospitalisation liée à la Covid-19 en Estrie, selon le dernier état de la situation de la région, le dernier patient hospitalisé en date de lundi étant malheureusement décédé. Il s’agit du premier décès depuis le 24 avril. Le 26e depuis le début de la pandémie en Estrie.

Aucun nouveau cas n’a été détecté au cours des derniers 24 heures alors le nombre de cas répertoriés depuis le début de la pandémie demeure 955 pour la région.

À LIRE AUSSI: Trois enfants de l’école Vision et de la garderie Famili-Gard’Estrie infectés

Possible cas de COVID-19 à l'Assemblée nationale

Sondage : les Québécois ont hâte de voyage, mais la pandémie changera la donne

En comparant le nombre de cas testés positifs dans la région depuis le début de la pandémie (955) au nombre de personnes rétablies (915) et celles décédées (26), on peut déduire que 14 cas sont encore actifs en Estrie. Au cours des 24 dernières heures, se sont trois personnes se sont rétablies de la Covid-19.

Sept pertes de vie au Québec

Le bilan de la pandémie de coronavirus s'est alourdi de sept pertes de vie au Québec, pour un total de 5424 personnes décédées, a-t-on annoncé mardi.
On recensait 54 884 cas confirmés dans la province, soit 49 de plus que la veille.
Le nombre de patients hospitalisés était en hausse de cinq, à 515, tandis qu'on retrouvait 56 personnes aux soins intensifs, une de moins que lundi.
Dix-sept nouvelles infections s'étaient ajoutées dans la région de Montréal, pour un total de 27 074.
Le bilan était de 5754 cas à Laval, en hausse de quatre, et 7756 en Montérégie, en hausse de six.
Les autres développements de la journée
En vertu de la Loi sur la sécurité civile, le comité exécutif a renouvelé l'état d'urgence du 23 au 28 juin, à l'égard du territoire de l'agglomération de Montréal.
Le directeur parlementaire du budget estime dans un nouveau rapport qu'il en coûtera 17,9 milliards $ pour offrir la Prestation canadienne d'urgence pendant huit semaines supplémentaires.
Un nouveau sondage conclut que 66 % des Canadiens n'ont pas l'intention d'assouplir la mesure de distanciation physique de deux mètres qui a été demandée par les autorités sanitaires pour amoindrir la transmission du coronavirus.
Les Québécois sont toutefois prêts à se rapprocher, beaucoup plus que les autres Canadiens. C'est ce que note un sondage sur l'attitude des citoyens en temps de pandémie, mené conjointement par la firme Léger et l'Association d'études canadiennes. Ils ne sont donc plus que 43 % de Québécois à vouloir garder les deux mètres de distance imposés par la COVID-19, à comparer à 73 % des autres Canadiens, et à 66 % des Américains.
Une consultation de la firme Léger détecte aussi chez les Québécois une envie manifeste de recommencer à voyager, mais également une volonté d'être rassurés quant aux risques liés à la COVID-19. Le sondage réalisé il y a un mois et publié mardi par le CAA-Québec précise que s'ils pouvaient se projeter six mois après la levée des avertissements gouvernementaux sur les voyages, 66 % des Québécois seraient enthousiastes de s'évader pour le plaisir.
Le gouvernement du Manitoba entend offrir éventuellement une nouvelle possibilité aux personnes qui aimeraient rendre visite à longueur d'année à leurs proches dans des maisons de soins: des abris à l'épreuve du froid. La pandémie de la COVID-19 fait en sorte qu'en ce moment, seules les rencontres ayant lieu à l'extérieur de ces maisons de soins sont permises afin de restreindre le risque de transmission du coronavirus.