La Ville de Sherbrooke lance une nouvelle carte interactive où on peut consulter les travaux routiers en temps réel. http://sherbrooke.ca/travaux.

Un plus grand nombre de chantiers cet été

Les automobilistes remarqueront probablement un plus grand nombre de chantiers sur les routes sherbrookoises cet été. Avec des investissements annoncés de 41,2 M$, la Ville compte travailler sur plus de 171 chantiers.

Les rues Beckett, des Érables et Duplessis seront touchées, alors que des travaux de resurfaçage sont prévus sur plusieurs portions de la rue King Ouest, sur la rue Galt Ouest et la rue Belvédère. La première phase du boulevard René-Lévesque devrait aussi être complétée en juin.

« Nous poursuivons nos efforts afin de maintenir nos infrastructures dans le meilleur état possible tout en tenant compte de la capacité de payer des contribuables sherbrookois. Encore une fois cette année, les travaux seront nombreux et se dérouleront dans tous les arrondissements », a indiqué le maire Steve Lussier en point de presse.

Les travaux consisteront en la reconstruction partielle ou complète de rues locales et de certaines artères, la construction ou réfection de trottoirs, le remplacement de conduites souterraines, le pavage et le resurfaçage de rues et la mise à niveau de rues en gravier. Des interventions sont aussi prévues dans des parcs, des passages piétonniers et des pistes cyclables.

La réfection de la chaussée, pour un montant de 975 000 $, est prévue sur la rue Beckett entre les rues Musset et Duvernay. La même opération est planifiée sur la rue du Cessna, entre les rues du Baron et Vénus, pour 850 000 $. À noter la reconstruction complète de la rue Atto, pour 1,8 M$, entre les rues St. Francis et Champigny, des rues Benoît et Corbeil, pour 1,4 M$, de la rue Dieppe, entre les rues Pacifique et Galt Ouest, pour 2,1 M$, et d’une partie de la rue Elm, pour 900 000 $.

Des portions des rues des Érables et Jolliet seront reconstruites au complet.

La Ville de Sherbrooke a par ailleurs déjà reçu toutes les subventions qu’elle espérait. « Toutes les subventions sont rentrées, étonnamment. L’année dernière, nous avions fait des demandes au programme PIQM et nous avions reçu les autorisations à la fin août. Dans ce programme-là, on ne peut pas dépenser un sou tant et aussi longtemps qu’on n’a pas l’autorisation du gouvernement. Nous avons reçu toutes nos autorisations pour cette année la semaine dernière. Nous avons tout pour travailler. Maintenant, nous attendons après la température », explique Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines et du développement durable à la Ville de Sherbrooke.

Le montant de 41,2 M$ inclut 4 M$ pour les stations d’épuration et les postes de pompage. Il ne s’agit pas d’investissements pour agrandir la station de Saint-Élie, qui a atteint sa pleine capacité. « C’est pour l’entretien régulier des équipements. Pour Saint-Élie, j’arriverai avec un dossier bientôt avec les avantages et les inconvénients de chaque option. Je vous confirme que ces travaux ne seront pas réalisés en 2018. »

Une quinzaine de chantiers de 2017 ont été reportés à cette année.

« Lorsqu’on fait notre planification, on essaie de se garder de la latitude en raison de la température. L’an dernier, nous avons eu beaucoup de difficulté avec la température. On remplit l’horaire de nos équipes de travail et ce qu’on pense qu’on ne sera pas capable de réaliser, on le donne à des entrepreneurs externes. Ça nous permet d’avoir une certaine latitude avec la température, les maladies ou une grève », explique Mme Gravel.

Les citoyens concernés par des travaux dans leur rue seront avisés avec des messages téléphoniques. « Lorsque nous avons des chantiers linéaires, dans une rue, la rue sera complètement fermée. Il y aura des zones de sécurité pour que les gens puissent circuler à pied, en dehors des zones de chantier, et ce sera clôturé. Nous avons aussi des signaleurs et des gens de santé et sécurité qui se promènent sur tous les chantiers pour s’assurer du respect de la sécurité de tous les citoyens. Les véhicules ne peuvent plus circuler non plus sur une rue en construction. »

Steve Lussier, maire de Sherbrooke, et Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines de la Ville.