S’il est porté au pouvoir, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh souhaite obtenir une désignation pour que l’aéroport de Sherbrooke puisse être doté de liaisons commerciales.

Un gouvernement néo-démocrate soutiendrait le train Montréal-Sherbrooke

Un gouvernement néo-démocrate s’engage à ce que le train Montréal-Sherbrooke se réalise avec une contribution fédérale.

De passage à Sherbrooke dans une tournée préélectorale, le chef du NPD Jagmeet Singh a pris l’engagement formel de financer sa part de ce projet évalué à environ 300 millions $.

À LIRE AUSSI: Le projet de liaison ferroviaire entre Sherbrooke et Montréal atteint 300 M $

Jagmeet Singh estime que le Québec est un «terreau fertile», comme en 2011

Arrimer l'emploi avec les nouveaux arrivants

« C’est clair que l’environnement est une priorité. Il faut agir. Un gouvernement néo-démocrate s’assurera qu’un train entre Sherbrooke et Montréal soit mis en place », soutient Jagmeet Singh.

Il rappelle que le transport, la production d’énergie et les bâtiments sont les principaux producteurs de gaz à effet de serre. 

« Le train a la capacité de réduire énormément les émissions de gaz à effet de serre dans le transport tout en améliorant la qualité de vie quotidienne des gens et en réduisant la circulation entre Sherbrooke et Montréal. Si on veut s’attaquer aux changements climatiques, il faut le faire en créant des emplois », mentionne Jagmeet Singh.

Il signale que le NPD s’engage à investir 15 milliards $ en infrastructures à travers le pays dont l’objectif est de contrer les changements climatiques.

« Nous allons négocier avec les municipalités et le gouvernement provincial sur la façon d’aller de l’avant et quelle est la contribution de chacun pour le train. Nous sommes prêts à négocier sur la part du fédéral. La formule un tiers, un tiers, un tiers fonctionne. L’important demeure d’agir. Nous en avons le courage », soutient Jagmeet Singh.

Le député de Sherbrooke Pierre-Luc Dusseault souligne que cet engagement de soutenir le train Sherbrooke-Montréal s’inscrit dans la vision des propositions néo-démocrates.

« Notre vision en matière d’environnement s’intitule le courage d’agir, soit tout le contraire de ce que fait le gouvernement de monsieur Trudeau. Nous avons un exemple concret de projet qui pourrait être financé par cette vision pour lutter contre les changements climatiques », se réjouit Pierre-Luc Dusseault.

Le chef du NPD admet que l’objectif ultime serait qu’un train électrique, au lieu d’un train au diesel présentement sur la table et moins cher, puisse être mis en place pour avoir le moins d’impact sur l’environnement.

« C’est ce que l’on encourage le plus possible. Nous voulons prioriser le transport avec le moins d’impact sur l’environnement. Nous voulons travailler avec les municipalités et le gouvernement provincial pour avoir un train le plus écologique possible », indique M. Singh.

L’environnement d’abord

L’environnement demeure au cœur des préoccupations du chef du NPD. 

En table éditoriale à La Tribune, mardi, il s’est assuré que l’eau soit servie dans un verre et non dans une bouteille de plastique. Il a aussi passé l’après-midi à Sherbrooke, où il a discuté de la politique du NPD en matière de vélo, est allé à l’Université de Sherbrooke pour discuter d’innovations environnementales avant de passer la soirée à la Fête du lac des Nations pour rencontrer les citoyens et discuter des enjeux régionaux.

S’il est porté au pouvoir, Jagmeet Singh souhaite obtenir une désignation pour que l’aéroport de Sherbrooke puisse être doté de liaisons commerciales.

« Nous devons aller de l’avant avec ce projet », signale le chef du NPD.

« Nous voulons faire débloquer ce projet une bonne fois pour toutes. J’ai fait adopter une motion en 2014 pour essayer de régler la question des contrôles de sécurité. La Ville reste en négociations avec un transporteur aérien. Il manque un leadership qui a manqué durant le règne des conservateurs et c’est ce qui manque encore dans les dernières années avec les libéraux. La ministre fédérale, qui est députée de Compton-Stanstead, s’était engagée à faire débloquer le dossier, mais elle a manqué de leadership », ajoute Pierre-Luc Dusseault.