Le pont Jacques-Cartier pourrait bien passer une bonne partie de l’été en travaux.

Un été de travaux sur le pont Jacques-Cartier

Le pont Jacques-Cartier pourrait bien passer une bonne partie de l’été en travaux. Le ministère des Transports doit d’abord terminer les travaux entrepris pendant l’été 2018. La Ville procédera ensuite au pavage du pont avant de réaliser des aménagements pour la sécurité des cyclistes.

« Les travaux du ministère doivent se faire tôt en saison. Dès qu’ils sont terminés, nous procéderons avec le pavage que nous avions prévu en 2018 et ensuite, nous irons avec le marquage et les aménagements permanents de la piste cyclable », explique Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.

À lire aussi: Cinq mois de travaux sous le pont Jacques-Cartier

La Ville ajoute trois tronçons cyclables

Les bandes cyclables unidirectionnelles sur le pont Jacques-Cartier sont donc là pour rester. Les projets pilotes des dernières années étant concluants, les cyclistes continueront d’avoir leurs voies réservées sur le pont.

Selon les documents rendus publics lundi au conseil municipal, la Ville s’est adjoint Vélo-Québec pour analyser les conditions de circulation actuelles et formuler des recommandations. Si la largeur des voies, à deux mètres, est jugée adéquate, la cohabitation avec les véhicules à l’extrémité sud du pont n’offre pas un niveau de sécurité satisfaisant.

À l’embouchure du pont, à l’intersection de la rue Denault, les cyclistes et les automobilistes doivent partager une voie, ce qui « crée une zone de conflit entre automobilistes et cyclistes. Bien qu’aucun accident ne nous ait été signalé, d’autres aménagements pourraient être considérés à cet endroit vu l’importance des débits de circulation », lit-on dans le document.

« Nous avons gardé deux voies à l’approche du feu de circulation, ce qui fait que les cyclistes étaient entre deux voies, pris dans la circulation, ce qui est un peu insécurisant », résume Caroline Gravel.

 Caroline Gravel

Il est donc proposé de construire un trottoir cyclopédestre qui permettrait aux cyclistes de faire la transition entre la chaussée et le trottoir, au bout du pont, avec une rampe d’accès d’une pente maximale de 5 %. Autrement dit, là où les automobilistes disposent de deux voies, les cyclistes pourront se retirer de la chaussée en toute sécurité sur un trottoir plus large, partagé entre les cyclistes et les piétons.

Une autre proposition consiste à allonger la voie de droite, entre la rue Tracy et le pont. « La voie de droite en direction sud se ferme rapidement en aval de l’intersection. Les automobilistes ont donc peu de temps pour se réinsérer dans la voie de gauche. Pour cette raison, cette voie n’est pas utilisée à son plein potentiel par les automobilistes », lit-on dans les documents municipaux.

Selon Caroline Gravel, le ministère devrait avoir terminé ses travaux à la fin juin. Puisque le pont devrait être exempt d’entraves pendant la Fête du lac des Nations et que les vacances de la construction suivront, il est prévu que les autres aménagements seront réalisés plus tard dans l’été.

Un budget de 100 000 $ a été réservé pour le trottoir cyclopédestre.

La Ville dévoile par ailleurs les statistiques concernant le projet pilote de bandes cyclables. On dénombrait 90 cyclistes par jour sur le pont avant l’aménagement de bandes. En 2016, alors qu’une bande bidirectionnelle avait été peinte sur le pont, on comptait 140 cyclistes par jour sur la structure, contre 210 l’année suivante. Aucun décompte n’a été réalisé en 2018 en raison des travaux effectués par le ministère des Transports.