Un emploi en sol québécois : une bonne réponse pour l'Estrie

Pour une première fois, à l’occasion du Salon Priorité-Emploi de Sherbrooke, une quarantaine d’immigrants de Montréal sont venus rencontrer des employeurs de l’Estrie grâce au programme Un emploi en sol québécois. Pratique lorsque la majorité des immigrants s’installent à Montréal, alors que plus de la moitié des emplois disponibles se trouvent à l’extérieur de la ville. L’expérience se veut une réussite selon les employeurs et participants.

« Dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, il a fallu être créatif. On a travaillé avec des partenaires en régionalisation de Montréal et on avait trois autobus qui arrivaient de Montréal. C’est 150 chercheurs d’emploi. Ils ont même eu un parcours de séduction de la ville de Sherbrooke. Ils sont prêts autant à l’emploi, qu’à venir rester dans la région », explique Louise Côté, chargée de projet pour le Salon Priorité-Emploi.

L’agente de recrutement pour la Société de développement du Granit, Claudia Vachon, se dit très satisfaite de son expérience d’embauche. Elle qualifie la journée de réussite.

« C’est vraiment formidable, je vois beaucoup d’ouverture. Ce que je me rends compte c’est qu’il y a des gens qualifiés dans plusieurs domaines, et puis je représente 15 entreprises alors il y a plusieurs opportunités. Les gens sont ouverts à déménager et sont ouverts à expérimenter. J’apprécie le fait d’avoir eu quelques minutes avec les candidats, en salon traditionnel on n’a pas le temps, ça va trop rapidement. Là, on peut approfondir. J’ai adoré la formule », partage-t-elle.

Participants satisfaits

« C’est très utile. Comme immigrant on n’a pas de contact, on ne connaît personne. Alors si on se fait aider de ce côté-là, juste de nous mettre en contact, ça aide vraiment », exprime un des participants du programme, Alejandro Navarro, qui cherche un travail dans le domaine de l’électromécanique.

Les immigrants participants n’étaient pas seulement attirés par la qualité du programme, mais aussi par la ville de Sherbrooke. Ils étaient très reconnaissants du tour de ville en autobus, et de connaitre les principales attractions. La majorité d’entre eux ne sont pas équipés d’un véhicule, c’est donc une opportunité intéressante, sortir de Montréal pour voir les environs.

M. Navarro est d’ailleurs venu avec sa famille, pour qu’elle puisse elle aussi se familiariser avec la région.

« Ça fait deux ans que je suis à Montréal, mais je suis très intéressé par la vie en région. Je cherche un épanouissement professionnel et social, c’est pour ça que je suis à la découverte de Sherbrooke. Être proche de la nature, proche des gens », partage Tahar Ben Smida, qui cherche un emploi de développeur web.

Le programme Un emploi en sol québécois, créé par la Fédération des chambres de commerce du Québec, vise à mettre en relations les immigrants et les employeurs. Il espère contrer le problème de chômages chez les personnes immigrantes en plus du problème de pénurie de main-d’œuvre des régions.

Ceux inscrits au programme ont donc été préqualifiés par les employeurs et arrivaient déjà à Sherbrooke avec des entrevues au programme.