Joélie Carbonneau et sa grand-maman Lise Paquette Carbonneau étaient au nombre des bénévoles réunis par le Club Rotary de Sherbrooke pour la remise de sacs d’écoles destinés à des élèves provenant de milieux défavorisés.

Un élan de solidarité avant la rentrée

Un chapiteau de la Halte des Pèlerins avait des airs de quartier général, mardi matin, alors qu’une vingtaine de bénévoles du Club Rotary s’activaient à confectionner quelque 350 sacs d’école pour des élèves provenant de milieux défavorisés.

Depuis 12 ans, les bénévoles de l’organisme se réunissent en prévision de la rentrée et préparent des sacs qu’ils remettent aux écoles préalablement identifiées. Une trentaine de bénévoles, au total, prenaient part à cette vaste opération, qui commençait avec la confection des sacs en matinée et qui se terminait en après-midi avec la distribution dans les écoles de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS). Quelques sacs sont aussi remis à l’extérieur, soit sur le territoire de la Commission scolaire Eastern Townships (CSET).

« À la suite des demandes de la commission scolaire et de différents professeurs, on nous donne une liste d’items spécifiques. On les achète durant l’année et on monte les sacs (à la rentrée) », indique le président du Club Rotary de Sherbrooke, François Bouchard. 

« Ça a commencé avec environ 50 sacs, et maintenant on parle de plus de 325, voire 350 sacs cette année. La rentrée, ça coûte cher. Au niveau du budget et du matériel demandé, certains enfants n’ont pas le matériel requis. »

Pour l’occasion, l’armée de bénévoles avait élu domicile au vignoble de la Halte des Pèlerins, où un grand chapiteau abritait les tables remplies de matériel scolaire. Chacune d’entre elles contenait le matériel prévu pour les élèves d’une école en particulier. À partir de listes de fournitures remises par le personnel de l’école, les bénévoles remplissaient le sac à dos de tous les items. « La moyenne, c’est environ 125 $ du sac », explique M. Bouchard.

Question de ne pas identifier les enfants sélectionnés, personne ne peut deviner d’où vient le sac à dos. « Les enfants arrivent et ils sont comme les autres », souligne M. Bouchard, en notant que les bénévoles n’ont pas le nom des enfants, seulement le nombre de garçons et de filles par établissement. Seul un petit mot d’encouragement signé par le Club est glissé à l’intérieur. 

Cette initiative du Club Rotary coûte près de 25 000 $. La somme provient des campagnes de financement du Club, dont la foire des livres usagés au Carrefour de l’Estrie, la principale activité de financement de l’organisme. L’événement se tiendra encore cette année en octobre. Le Club appuie aussi d’autres organismes communautaires. 

Martial Carbonneau et sa conjointe, Lise Paquette Carbonneau, sont là depuis les débuts de cet élan de solidarité. Ils viennent accompagnés de leur petite-fille Joélie, qui met la main à la pâte comme tous les autres bénévoles. Joélie est du rendez-vous depuis six ans environ. « Ça lui fait prendre conscience que ce ne sont pas tous les enfants qui ont du matériel scolaire », indique la grand-maman.

« Il y a un besoin marqué. Si on peut aider les enfants à démarrer dans la vie, c’est valorisant », souligne M. Carbonneau.