Il s’agit du premier cas au primaire dont La Tribune a écho depuis la rentrée scolaire, qui s’est déroulée jeudi au primaire sur le territoire du CSSRS.
Il s’agit du premier cas au primaire dont La Tribune a écho depuis la rentrée scolaire, qui s’est déroulée jeudi au primaire sur le territoire du CSSRS.

Un cas de COVID-19 au pavillon Union des Quatre-Vents

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Un cas positif de COVID-19 chez un élève est recensé à l’école primaire des Quatre-Vents, pavillon Union. Les parents ont été avisés lundi matin de la situation. Une classe a été mise en quarantaine, selon le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS).

L’établissement accueille des élèves de maternelle et des classes d’accueil. Le bâtiment abrite aussi l’Écollectif, une école primaire à vocation particulière.

Il s’agit du premier cas au primaire dont La Tribune a écho depuis la rentrée scolaire, qui s’est déroulée jeudi sur le territoire du CSSRS. L’école demeure ouverte.

« On ne parle pas d’éclosion », précise Donald Landry, directeur du secrétariat général et du service des communications du CSSRS.

« Ce sont des personnes qui ont contracté ça à la maison. C’est un peu similaire à ce qu’on a connu à Saint-Michel. Dans le contexte, la Santé publique a quand même demandé à ce qu’une classe soit retirée et qu’elle soit en quarantaine par mesure de prévention. »  

L’isolement est prévu pendant 10 jours, étant donné que la période a été revue de 14 à 10 jours. Est-ce qu’une formation à distance sera organisée ? « Dans tous les cas, il va falloir trouver une réponse à distance », note M. Landry.

Une lettre a été envoyée aux parents.

« Pour limiter la transmission, il a été demandé aux parents des enfants qui ont été en contact étroit avec la personne touchée de garder leur enfant à la maison, de contacter la ligne 1 877 644-4545 », indique-t-on dans le mot envoyé aux parents.

Combien de cas serait nécessaire pour fermer une école ? « Jamais la Santé publique s’est compromise parce que chaque situation va être analysée dans son contexte. On travaille avec elle et on va suivre ses recommandations. Il pourrait y avoir plusieurs cas dans une école qui ne sont pas reliés (…) Ce qui est déterminant pour elle, c’est : est-ce que ce sont des gens qui se sont contaminés à l’extérieur de l’école ou à l’école.  »

L’école primaire est située à proximité du quartier Ascot, où on recensait 33 cas de COVID vendredi après-midi.

Rappelons que le 20 août, la Santé publique de l’Estrie a confirmé « moins de cinq cas » de COVID-19 chez des élèves du Centre Saint-Michel, un centre de formation pour adulte. Le 25 août, un élève a également été déclaré positif à la COVID-19 au collégial du Séminaire de Sherbrooke, mais on ne parle toujours pas d’éclosion à ce stade. 

Selon la marche à suivre en cas de COVID-19 à l’école, les parents et le personnel de l’école sont automatiquement informés si un cas est diagnostiqué. Les personnes considérées à risque modéré ou élevé sont retirées du milieu et testées.