Un cas de COVID-19 a été détecté dans un camp de jour de l’école Plein Soleil à Sherbrooke.
Un cas de COVID-19 a été détecté dans un camp de jour de l’école Plein Soleil à Sherbrooke.

Un cas confirmé au camp de jour Plein Soleil à Sherbrooke

SHEBROOKE — Vingt-six enfants et sept animateurs et animatrices du camp de jour de Sherbrooke Loisirs-Action, situé à l’école Plein Soleil, devront être en isolement durant une période de 14 jours à la suite d’un résultat positif à la COVID-19 au sein du personnel.

Les personnes concernées ont déjà reçu un appel de la Santé publique et subiront dans les prochains jours un test de dépistage. Les gens fréquentant les différents camps de jour de Sherbrooke qui sont considérés comme des contacts à risque modéré ou élevé de contracter le virus ont également été informés. 

Un suivi sera effectué auprès des personnes asymptomatiques. 

« À ce stade-ci, nous ne parlons pas d’éclosion comme il n’y a pas deux cas confirmés et un cas en suspicion. Actuellement, il y a une personne qui a été testée positive. La Ville de Sherbrooke et la Santé publique ont agi très promptement pour éviter une éclosion. On va suivre la situation toute la semaine », souligne la porte-parole du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Annie-Andrée Émond. 

« Si les gens n’ont pas été avisés par la Direction de la santé publique, cela veut dire que ce n’est pas nécessaire d’aller se faire tester. Ça veut dire qu’ils n’ont pas eu de contacts significatifs qui pourraient causer une contamination », ajoute-t-elle.

La Direction de la santé publique n’a pas exigé la fermeture du camp de jour de l’école Plein Soleil. « Nous sommes passés en mode action. Nous avons travaillé en collaboration avec la Ville de Sherbrooke ainsi qu’avec la Santé publique dans ce dossier. Pour assurer la sécurité des enfants et des employés, une équipe s’est rendue à l’école Plein Soleil cet après-midi afin de désinfecter l’ensemble du site », explique la directrice générale de Loisirs-Action, Andréanne Ferland. 

« Nous avons convenu du rehaussement de certaines mesures avec la direction du camp et un professionnel de la santé publique assurera un suivi étroit avec le milieu tout au long de la semaine. La situation sera réévaluée selon son évolution », assure le Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique de l’Estrie, par voie de communiqué.

 « Les mesures sanitaires se poursuivent. On prévient l’ensemble des équipes pour qu’elles soient plus vigilantes. Il ne faut pas relâcher » explique le coordonnateur aux activités loisirs et à la vie communautaire, Yvon Boisvert.

« Comme de tels cas sont survenus dans d’autres villes du Québec, nous étions prêts à faire face à cette situation difficile. Avec la collaboration de la Direction de la santé publique du CIUSSS de l’Estrie — CHUS et de Sherbrooke Loisirs-Action, les camps de jour se poursuivront, un service important pour les parents et les enfants », a déclaré le maire Steve Lussier. 

Il s’agit du premier cas dans un camp de jour de la région. Rappelons qu’une éclosion avait eu lieu dans un camp de jour à Granby qui est situé dans la région sociosanitaire de l’Estrie. 

Treize nouveaux cas de COVID-19 ont été détectés sur le territoire de l’Estrie depuis le dernier bilan émis samedi par la Direction de la santé publique. La région compte maintenant 1015 contaminations par le virus.