L’ex-directeur de cabinet de Steve Lussier, Daniel Bergeron, avance qu’il répondait aux commandes de M. Lussier quand il a demandé à des citoyens d’intervenir au conseil municipal pour poser des questions à Évelyne Beaudin

Turbulences à la mairie

L’ex-directeur de cabinet de Steve Lussier, Daniel Bergeron, avance qu’il répondait aux commandes de M. Lussier quand il a demandé à des citoyens d’intervenir au conseil municipal pour poser des questions à Évelyne Beaudin. Au lendemain de son congédiement, Daniel Bergeron avance que Steve Lussier a menti en disant qu’il n’était pas au courant.

Dans les bureaux de La Tribune, mercredi matin, M. Bergeron était accompagné de trois autres membres de l’équipe de campagne de Steve Lussier. Tous ont corroboré ses dires. André Castonguay, Carol Boulet et Claude LeBlanc, qui ont tous travaillé à l’élection du maire, disent disposer de preuves incontestables que le maire avait passé une commande à M. Bergeron.

Lire aussi: Lussier se sépare de son directeur de cabinet

Évelyne Beaudin à nouveau ciblée

Rappelons que le citoyen Pascal Cyr, ex-candidat dans le district de Desranleau, dénonçait mardi un texto provenant du directeur de cabinet dans lequel il l’invitait à « pistonner » Évelyne Beaudin avec une question embarrassante à propos de sa demande de budget de 333 000 $. En soirée mardi, le maire annonçait qu’il remplacerait son directeur de cabinet.

Daniel Bergeron

Trahi et dupé

« Je n’ai jamais improvisé et je ne suis jamais allé à l’encontre de la volonté de M. Lussier. Ce n’était pas ma mairie. C’était sa mairie. J’ai tenté de joindre M. Lussier mercredi matin et il ne m’a pas rappelé. Mon mandat était de mobiliser les gens qui étaient contre la demande de Mme Beaudin. Je devais m’arranger pour qu’on puisse bloquer sa demande. Il fallait que je trouve du monde du public. Le maire m’a dit d’en trouver deux. Parmi les gens à qui je parlais, certains me demandaient comment poser leur question au conseil. Je les ai accompagnés dans leur démarche. »

Lundi, deux citoyens ont interrogé Évelyne Beaudin sur sa demande budgétaire. Tout indique que William Leclerc-Bellavance, qui était un de ces citoyens, avait été invité par le cabinet. « C’était un sympathisant du non. Je lui ai demandé s’il avait envie de venir au conseil. Il était libre de sa question. »

Daniel Bergeron dit se sentir trahi et dupé. « J’ai fait exactement ce qu’on m’a demandé. C’était une action propre et simple. J’accompagnais des citoyens à venir protester. Je ne m’en prenais à personne personnellement. Le maire a raté une occasion de s’imposer comme leader et d’assumer sa décision de vouloir supporter des citoyens dans leur démarche. »


J’en ai la preuve hors de tout doute.
Carol Boulet

« Des gestes inacceptables »

M. Bergeron dit que Steve Lussier est revenu à la charge quatre fois dans une discussion de 12 minutes pour préciser sa commande. « Ça prenait des citoyens ordinaires. Je contactais des gens qui s’opposaient ouvertement sur les médias sociaux. »

Steve Lussier affirmait cette semaine n’avoir jamais été informé des démarches de Daniel Bergeron. Carol Boulet, André Castonguay et Claude LeBlanc soutiennent le contraire. « J’en ai la preuve hors de tout doute », dit M. Boulet. « J’ai la certitude que Daniel dit vrai », ajoute Claude LeBlanc. André Castonguay, ancien responsable à l’éthique au Service de police de Sherbrooke, dit lui aussi disposer des preuves suffisantes.

« Steve Lussier dit être le maire de la transparence. Ce que j’ai lu ce matin (mercredi) est inacceptable dans mes valeurs. Il a conté une menterie en disant qu’il n’était pas au courant. À la lumière de ce que je connais, il a conté une menterie. C’est sérieux. Le gars est maire. À partir du moment où il passe une commande, il doit l’assumer. Je le dis parce qu’il y a des preuves. J’ai cru en lui, qu’il était le maire de la transparence, mais je me rends compte qu’il n’est pas capable de chausser ses bottines une fois qu’il est dans l’eau chaude. Il a posé des gestes inacceptables », ajoute M. Castonguay.

Carol Boulet dit qu’à 72 ans, il ne « sortirait pas de son chemin » pour défendre Daniel Bergeron s’il n’avait pas la certitude qu’il dit la vérité et souhaite que l’injustice soit corrigée.

Steve Lussier nie les propos de ses anciens organisateurs politiques.

Steve Lussier