Condamné par le passé à d’importantes peines de détention en matière de trafic de stupéfiants, Bruneau Bibeau a été condamné à trois ans de prison encore une fois pour du trafic de stupéfiants.

Trois ans de prison pour un trafiquant de drogue

Condamné par le passé à d’importantes peines de détention en matière de trafic de stupéfiants, Bruneau Bibeau a été condamné à trois ans de prison encore une fois pour du trafic de stupéfiants.

En imposant la peine, lundi au palais de justice de Sherbrooke, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a précisé que Bibeau devrait purger encore un peu plus de 28 mois de prison étant donné le temps de détention provisoire qui a été retranché depuis la frappe policière de novembre 2018.

Bibeau a plaidé coupable aux accusations de trafic de cocaïne entre le 15 et le 20 novembre 2018 ainsi que de possession dans le but d’en faire le trafic de cocaïne, de méthamphétamine, de GHB, de possession d’arme prohibée, de recel d’argent, de menaces de mort ainsi que de bris de probation.

Les membres du groupe d’intervention du Service de police de Sherbrooke sont débarqués chez Bibeau le 20 novembre 2018, sur la rue des Blés à Sherbrooke, pour y saisir 44,65 grammes de cocaïne, 96,49 grammes de GHB, 97 comprimés de méthamphétamine, 91 comprimés de Viagra, 1675 $ en argent, cinq cellulaires, trois armes de type « Airsoft » ainsi qu’une bouteille de poivre de Cayenne.

Une affaire de menaces de mort pour laquelle la preuve n’a pas été déposée est à l’origine de l’enquête entreprise à l’endroit de Bibeau. Le SPS a utilisé plusieurs techniques d’enquête pour mettre la main au collet de ce fournisseur sherbrookois.

« Les policiers avaient ouvert une enquête à la suite d’informations reçues. Une plainte a été faite en parallèle dans une autre affaire. Les policiers ont fait de la surveillance. Ils ont constaté plusieurs va-et-vient chez Bibeau », explique la procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté.

Le juge Chapdelaine a retenu la suggestion commune de Me Baril-Côté et de l’avocat de la défense Me Jean-Guillaume Blanchette pour imposer la peine de pénitencier.

« L’accusé a plusieurs antécédents judiciaires. Il a déjà été condamné à des peines importantes », a expliqué Me Baril-Côté.

« Mon client a plaidé coupable à la première occasion raisonnable », a ajouté Me Blanchette.

Depuis son retour au pays au début des années 2000 après une peine imposée aux États-Unis en matière de stupéfiants, Bibeau naviguait entre des logements de Sherbrooke et la prison.

Lourd passé

En 2015, il a été condamné à deux ans moins un jour de prison à purger dans la collectivité avec une probation de deux ans qui devait se terminer en février 2019.

Bibeau avait été arrêté en 2013 après une poursuite policière qui s’était déroulée dans le secteur Saint-Élie.

Il fuyait les policiers en jetant des sachets de cocaïne par la fenêtre de sa voiture.

Bruneau Bibeau avait été arrêté dans le cadre de l’opération Burn qui s’était déroulée en mars 2007 et qui avait été qualifiée de « plus grosse saisie de cocaïne de l’histoire du SPS ».

Bibeau était l’une des têtes dirigeantes de l’organisation criminelle qui avait été démantelée.

L’individu avait reconnu sa culpabilité à des accusations de complot pour trafic de cocaïne, trafic de cocaïne, possession de cocaïne dans le but d’en faire trafic ainsi que de recel de 347 253 $.

Lors de la perquisition dans son véhicule puis dans un entrepôt, le SPS avait découvert plus de deux kilos de cocaïne d’une grande pureté. Celle découverte à un local de la rue Évariste-Leblanc était pure à 89 pour cent, soit le plus haut niveau de pureté possible.

Il avait été condamné à six ans de prison dans cette affaire.

Bibeau a déjà été condamné à une longue peine pour trafic de cocaïne aux États-Unis avant d’être extradé au Canada.