Le 2 novembre, Tom Néron a été déclaré non criminellement responsable d’avoir causé le décès de sa mère Arlène Girard.

Tom Néron aura droit à des sorties non surveillées

Malgré la détention en psychiatrie qui a été ordonnée, Tom Néron pourra se retrouver seul dans certaines situations déterminées sur le terrain et dans les murs de l’Hôtel-Dieu.

Plus de deux mois après l’audition devant la Commission d’examen des troubles mentaux du Tribunal administratif du Québec (TAQ), une décision a été rendue cette semaine dans le dossier de Tom Néron, qui a été reconnu non criminellement responsable d’avoir tué sa mère en janvier 2018.

À lire aussi: Tom Néron pourrait profiter de sorties

Tom Néron: l’avis d’un troisième psychiatre judiciaire est demandé

Le 2 novembre, Tom Néron a été déclaré non criminellement responsable d’avoir causé le décès de sa mère Arlène Girard.

Les tragiques événements sont survenus le 8 janvier 2018 rue du Paillard dans le secteur Rock Forest.

Le TAQ ordonne la détention de Tom Néron en accordant des droits de sortie « dont la durée, la fréquence et les modalités seront déterminées par l’équipe traitante ».

Ces permissions seront accordées en fonction « de son état clinique, de son comportement et du plan de traitement ».

Sorties de 30 minutes

La Commission d’examen des troubles mentaux autorise Tom Néron à effectuer certaines sorties sans escorte.

Il pourra se trouver seul sur les terrains du CHUS-Hôtel-Dieu où il est gardé en psychiatrie pour une durée maximale de 30 minutes, mais jamais après 19 h.

Le TAQ permet aussi à Tom Néron de circuler seul à l’intérieur de l’hôpital afin de pouvoir participer à certains ateliers qui y sont donnés sans être accompagné.

Tom Néron pourra sortir « en tout temps avant 19 h » de l’établissement s’il est accompagné. Il pourra aussi participer aux ateliers qui sont donnés hors de l’Hôtel-Dieu s’il est accompagné des membres du personnel de l’hôpital.

Devant le TAQ en novembre, l’avocat de la défense Me Marc-André Champagne de l’aide juridique et la procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté s’entendaient pour que l’homme de 36 ans reste détenu au département de psychiatrie de l’hôpital Hôtel-Dieu de Sherbrooke et qu’il puisse profiter de sorties pour poursuivre son cheminement.

Il était proposé que Tom Néron puisse bénéficier de certaines sorties supervisées au Centre de réadaptation en dépendance de l’Estrie.

Un interdit de contact entre Tom Néron et plusieurs membres de sa famille, dont ses frères, ses sœurs et leurs conjoints, a été imposé par le TAQ.