Tirs à la carabine à plomb: Prévost-Bélisle remis en liberté

L’individu qui aurait atteint des passants sur la rue King Ouest avec une carabine à plomb au cours de la fin de semaine a été remis en liberté sous conditions.

Michel Prévost-Bélisle a passé la nuit derrière les barreaux du Centre de détention de Sherbrooke avant d’être remis en liberté, mardi matin, au palais de justice de Sherbrooke.

Lire aussi: Le SPS arrête un «tireur actif» à la carabine à plomb

L’individu de 21 ans est accusé d'avoir eu en sa possession une arme dans un dessein dangereux pour la paix publique.

La procureure aux poursuites criminelles Me Laurence Bélanger et l’avocat de la défense Me Patrick Fréchette se sont entendus sur des conditions à imposer à l’accusé.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a imposé un couvre-feu à l’accusé. Il devra rester chez sa mère, donc quitter le logement ou les crimes auraient été commis. Il ne pourra porter d’arme et devra effectuer un suivi pour son problème de toxicomanie.

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) avait lancé un appel à la population dans le but de retrouver des citoyens ayant été victimes d'un « tireur actif » qui aurait atteint des gens avec des plombs sur la rue King Ouest, samedi dernier.

Une plainte avait été faite par une dame qui disait avoir été atteinte par des tirs provenant d'une carabine à plomb.

L'événement a eu lieu à la hauteur du 2600 de la rue King Ouest, soit dans le secteur du concessionnaire Sherbrooke Honda.