Denis Lemay, président du CPVS, Guillaume Deslauriers, patineur de vitesse, le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, et le conseiller municipal Vincent Boutin se réjouissaient mercredi de la fin des rénovations à l’aréna Eugène-Lalonde.

Terminés, les départs des patineurs en ambulance

Le président du Club de patinage de vitesse de Sherbrooke a trop souvent vu des patineurs quitter l’aréna Eugène-Lalonde en ambulance. Maintenant que les travaux de rénovation sont terminés et que les matelas ont été installés partout autour de l’anneau, les patineurs pourront s’exercer en toute sécurité.

« J’ai vu des blessures et des coupures, admet Denis Lemay avec émotion. Je suis aussi officiel et quand on voit des jeunes quitter l’aréna en ambulance après avoir chuté dans la bande, ce n’est jamais agréable. Comme membres du conseil d’administration, on devait trouver une solution pour mettre fin à ça. »

Le patineur du CPVS Guillaume Deslauriers était parmi les premiers à se réjouir de ces récents changements lors du point de presse présenté mercredi.

« En retirant les bandes de hockey et en installant des matelas partout, le niveau de sécurité augmente et on patine avec une plus grande confiance sachant que les risques de blessures sont moins grands, précise-t-il. On élimine donc le facteur prudence et on augmente notre vitesse en entraînement. On devient ainsi plus rapide en compétition. On n’avait pas trois épaisseurs de matelas à tous les endroits. Maintenant, on aborde les courbes plus rapidement. »

En plus de cette modification, notons que la salle mécanique a été entièrement rénovée, tout comme les vestiaires et les douches. Le système d’eau chaude domestique a été remplacé, de même que le système de réfrigération.

Des mesures de récupération de chaleur ont aussi été mises en place, la fosse à neige a été modifiée et la toiture du garage a finalement été refaite.

« Le système de réfrigération était une obligation du gouvernement du Québec, note le conseiller municipal Vincent Boutin. On n’avait pas le choix, avec le protocole de Montréal, de se conformer d’ici 2020. On en a profité pour faire davantage de travaux puisque le projet a coûté moins cher que prévu et c’est pour cette raison que l’on remplacera les tapis des vestiaires prochainement à même l’enveloppe budgétaire. »

« On avait déjà l’une des glaces les plus rapides au Québec, rappelle Guillaume Deslauriers. Grâce au nouveau système de réfrigération, ce sera encore plus facile de contrôler la qualité de la glace. Elle sera donc encore plus rapide. Il faut savoir qu’au Québec, il n’y avait que deux centres qui profitaient de ces bandes amovibles : ceux de Laval et Montréal. Avec la qualité des installations à Sherbrooke, on sait qu’il y aura bientôt des événements internationaux à l’aréna Eugène-Lalonde. »

Notons que la Ville de Sherbrooke a obtenu une subvention de 579 993 $ de la part du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour ces modifications. Les coûts reliés aux travaux sont d’un peu plus de 1 800 000 $. La Ville de Sherbrooke a donc déboursé une somme de 1 181 000 $ pour la réalisation de ces travaux.

Le Club de patinage de vitesse a pour sa part défrayé la moitié du coût d’achat des matelas protecteurs, c’est-à-dire une somme de 39 000 $.

Et ce, sans oublier tous les problèmes engendrés par la réparation de la dalle de béton et du toit, qui coulait. Ce qui avait entraîné ce litige avec le Groupe Axor, qui a été réglé hors cour dans la dernière année. 

« Le projet a commencé en 2004 et on atteint l’apogée aujourd’hui ! On a dû faire face à plusieurs situations et inconvénients, mais maintenant, c’est fini et on peut s’en réjouir », lance fièrement le président du CPVS. 

« Ce litige est heureusement derrière nous et aujourd’hui, on n’a rien à envier aux autres grâce à ce centre de qualité (...), indique Vincent Boutin. Certains athlètes devaient quitter vers les grands centres pour continuer leur entraînement et leur progression. Maintenant, on pourra les retenir un peu plus longtemps. Et en attirant des événements internationaux, les restaurants et les hôtels en profiteront, tout comme la population en général. »

Que du patinage à Eugène-Lalonde

Le conseil municipal a récemment modifié la vocation de l’aréna Eugène-Lalonde pour en faire un centre de patinage. L’aréna devient dorénavant le domicile du Club de patinage de vitesse de Sherbrooke et du Club de patinage artistique de Sherbrooke. La population aura aussi accès à des périodes de patinage libre.

« Tout cela contribuera au rayonnement de la ville de Sherbrooke à l’échelle provinciale, mais aussi nationale, avance le maire Steve Lussier. On se positionne encore davantage comme une ville de sports. Et j’adore dire ça. En retirant les bandes, la ville se qualifie maintenant pour recevoir des événements provinciaux et nationaux. On pourra d’ailleurs remettre ces bandes pour accueillir des tournois de hockey importants. »

« On doit aussi remercier Hockey Sherbrooke et les employés de la Ville de Sherbrooke, qui ont accepté de relocaliser les activités dans d’autres arénas », conclut Vincent Boutin.