L’entretien des autobus pourra désormais être effectué à l’intérieur pour tous les véhicules de la Société de transport de Sherbrooke.

STS: des installations modernisées et agrandies

En attendant le virage vers une flotte de véhicules électriques, la Société de transport de Sherbrooke (STS) a réaménagé ses installations de la rue Cabana, installations qui datent de 1982. Le centre d’opérations a été agrandi et modernisé grâce à des investissements de 6,4 M$.

Le projet a été lancé en 2018 et visait notamment le réaménagement de l’aire de ravitaillement, en plus de l’ajout d’un deuxième laveur automatique. Cet équipement permet de récupérer l’eau de lavage pour éviter le gaspillage.

Avec l’ajout de 48 espaces de stationnement intérieurs dans une section mieux éclairée et largement vitrée, la totalité des 116 autobus de la STS peut maintenant être entreposée à l’intérieur, ce qui facilite grandement les travaux d’entretien. Ce sont 2200 mètres carrés qui ont été ajoutés, si bien que le garage pourrait accueillir jusqu’à 128 véhicules. Un système de ventilation avec récupérateur de chaleur permet par ailleurs de réduire la consommation d’énergie. Le centre d’opérations pour la carrosserie et les pneus a aussi été modernisé. 

Les députés André Bachand, Geneviève Hébert, Marie-Claude Bibeau et Élisabeth Brière s’étaient déplacés pour l’inauguration du nouveau garage lundi. Le maire Steve Lussier en a profité pour demander une aide financière soutenue. « J’ai bien hâte de voir la suite parce que j’en ai besoin. Peut-être qu’il pourrait y avoir de l’argent récurrent. J’espère que les deux paliers vont continuer d’investir avec nous. »

Représentant la ministre de l’Infrastructure et des Collectivités Catherine McKenna, la députée Marie-Claude Bibeau a indiqué que son gouvernement « appuie les communautés pour qu’elles soient dotées d’infrastructures du 21e siècle. Cet agrandissement répondra aux besoins des utilisateurs et permettra de planifier une bonification du réseau de transport ». 

Mme Bibeau a ajouté que le programme d’investissement dans les infrastructures du gouvernement fédéral est échelonné sur 12 ans. « On répond définitivement présent à M. le Maire. Le volet du transport en commun est très important pour notre gouvernement. On est là et nous avons déjà des fonds qui sont mis de côté pour le transport en commun. »

Le président de la STS, Marc Denault, rapporte que les besoins en financement se situent surtout dans les activités quotidiennes, soit l’entretien et l’achat de carburant. « La main-d’œuvre est aussi un coût récurrent. Si nous avons un surplus budgétaire et que nous l’investissons en desserte, l’année suivante, nous aurons de la difficulté à trouver cet argent. Le gouvernement du Québec a annoncé son plan de mobilité durable pour 2030. On attend juste les investissements. En 2020, ce que les gens veulent, c’est un service efficace avec de la fréquence. »

Le député de Richmond, André Bachand, a pour sa part souligné que les travaux effectués à la STS seront bénéfiques pour les usagers, mais aussi pour le personnel, qui aura des conditions de travail « plus confortables, plus efficaces et plus sécuritaires ». 

La STS lance par ailleurs un virage électrique. Tous les véhicules achetés à partir de 2023 seront électriques. Leur livraison commencera en 2025. Entretemps, le premier autobus entièrement électrique devrait être acquis cette année. La STS achète cinq ou six autobus par année. Elle renouvellera donc graduellement sa flotte. 

« En partant, on peut parler d’économies en matière d’énergie. Chaque année, nous dépensons environ 2 M$ en carburant. Les véhicules électriques demandent moins d’entretien également et nous réduirons notre production de gaz à effet de serre. Actuellement, 40 % de nos véhicules sont hybrides et consomment 25 % moins de carburant », résume Marc Denault, estimant qu’il faudra au moins une quinzaine d’années pour faire un virage complet. 

Le nouveau garage est conçu pour accueillir les installations de recharge des autobus.

Marie-Claude Bibeau a d’ailleurs mentionné que l’électrification des transports donnerait plus de points aux projets de la STS pour l’obtention de fonds du gouvernement fédéral. 

La STS compte plus de 40 000 détenteurs de la carte Vermeilleuse et parcourt plus de sept millions de kilomètres chaque année.