Sous les projecteurs en 2016... et en 2017

On en a entendu parler en 2016... et ça reviendra assurément sous les projecteurs en 2017. Retour sur 2016 et coup d'oeil sur ce qui s'en vient pour la prochaine année.
Les violences sexuelles
Les agressions sexuelles sur les campus universitaires se sont retrouvées sous les feux des projecteurs, en 2016, notamment en raison d'agressions survenues à l'Université Laval et des allégations impliquant le député libéral Gerry Sklavounos.
Une étude provinciale, à laquelle participe l'Université de Sherbrooke, a permis de montrer qu'une personne sur trois (employés et étudiants) a vécu une expérience de violence sexuelle depuis son entrée à l'université. Par violence sexuelle, on entend autant les remarques désobligeantes à connotation sexuelle que le harcèlement sexuel, jusqu'aux cas d'agressions sexuelles.
Mélanie Lemay, étudiante à l'UdeS et victime d'une agression, a lancé avec d'autres femmes le mouvement Québec contre les violences sexuelles. Une tournée de consultation provinciale s'arrêtera à Sherbrooke au début de 2017.
L'Université Bishop's offre maintenant une formation obligatoire à tous ses étudiants de première année, en plus d'étudiants d'autres niveaux, afin de prévenir les agressions sexuelles sur son campus. Seize universités de la province, dont l'UdeS et Bishop's, ont lancé la campagne de sensibilisation « Sans oui, c'est non ».
Négociations des directeurs d'école
On en entend peu parler, mais les négociations des directeurs d'école traînent depuis des années. Les directeurs dénoncent notamment l'inversion salariale, qui fait que des enseignants d'expérience gagnent davantage que certaines directions. Verra-t-on un règlement en 2017? Depuis deux ans, près de 90 recherches ou enquêtes ont été boycottées par les directions, qui ne peuvent faire la grève.
Course au rectorat
C'est en mars prochain que l'on saura qui dirigera l'Université de Sherbrooke pour au moins les cinq prochaines années. Avec ses quelque 40 000 étudiants (en incluant ceux de l'Université du troisième âge), l'UdeS est un village en soi.... qui était jusqu'à la création du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, le plus grand employeur de la région de l'Estrie.
Actuellement, quatre candidats ont annoncé publiquement qu'ils feraient partie de la course : il s'agit d'Alain Webster, vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales, l'ex-recteur Bruno-Marie Béchard Marinier, le doyen de la faculté de médecine et des sciences de la santé, Dr Pierre Cossette, et le doyen de la faculté de droit, Sébastien Lebel-Grenier.
Des soubresauts sont-ils à prévoir sur la colline universitaire en 2017? La direction négocie avec pratiquement l'ensemble de ses syndicats.
De futures constructions
Si tout se passe comme prévu, c'est en juillet 2017 que les travaux de construction de la future école C, dans le secteur de Rock Forest, devraient commencer.
On devrait aussi apprendre très bientôt si l'Université de Sherbrooke et l'Université Bishop's obtiennent le feu vert du Fonds d'investissement stratégique (FIS), un programme fédéral en collaboration avec Québec et les institutions. Les deux universités sherbrookoises ont différents projets sur la table, dont la rénovation de la bibliothèque à Bishop's.
Plusieurs projets attendus en 2017
Plusieurs partenaires, dont le Cégep de Sherbrooke et la Commission scolaire des Sommets, caressent la mise sur pied du « pôle de développement industriel et minier de la MRC des Sources » dont le volet le plus important repose sur un Centre d'innovation minière à Asbestos.
Les différents responsables tentent notamment d'attacher le financement. Ils ont eu un soupir de soulagement en apprenant qu'Ottawa n'interdirait pas la valorisation des résidus miniers. On apprenait récemment que le gouvernement fédéral interdira complètement l'amiante et l'importation de produits qui en contiennent en 2018, mais il a rassuré la région en permettant l'exploitation des résidus miniers.
Et on surveillera, en 2017 :
L'éducation doit être une priorité nationale selon les libéraux...
2015 s'était terminée avec des chaînes humaines devant des écoles, et l'année 2016 avait commencé avec des chaînes humaines devant les CPE pour protester contre les compressions. À suivre, donc, en 2017.
Projet de ligne d'interconnexion Québec-New Hampshire
Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a tenu des séances de consultation, cet automne, sur le projet de ligne d'Interconnexion Québec-New Hampshire, dont une portion du tracé d'Hydro-Québec touchera la région. Le rapport du BAPE doit être déposé au ministre du Développement durable David Heurtel au plus tard le 25 janvier.
Les réfugiés syriens
Le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) à Sherbrooke a connu une fin d'année fort occupée avec l'arrivée de quelque 90 réfugiés majoritairement syriens, et prévoit que le début de l'année sera aussi occupé. Rappelons que le Québec devait accueillir en 2016 quelque 7300 réfugiés syriens qui ont fui leur pays dévasté par la guerre.
Raif Badawi 
En novembre dernier, les supporteurs du blogueur saoudien Raif Badawi cumulaient une 100e vigile à Sherbrooke. Sa conjointe Ensaf Haidar et ses trois enfants, réfugiés à Sherbrooke, rêvent de sa libération. Est-ce que ce sera en 2017? Le prisonnier d'opinion est emprisonné depuis 2012.
Centre mère-enfant
Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, est venu à Sherbrooke pour assurer, une fois de plus, que cette fois c'est la bonne : la construction du centre mère-enfant doit commencer en 2018. L'appel d'offres devrait être lancé en 2017.