Soprema a de grandes ambitions pour son usine de Sherbrooke

Soprema a inauguré en grande, mercredi, sa nouvelle usine de Sherbrooke, un projet de 40 M$ qui crée une quarantaine d’emplois. L’usine de 178 000 pieds carrés est la toute première usine de fabrication d’isolant de polystyrène extrudé en Amérique du Nord de la multinationale française. Partenaires financiers et élus étaient réunis dans les installations de la rue Robert-Boyd pour saluer l’arrivée de ce nouveau joueur économique.

« Cette usine, on en est très fier. C’est une usine qui ne génère aucun déchet, donc tous les produits sont recyclés ou réutilisés. Une des priorités de Soprema est d’augmenter la performance de ses bâtiments, ce qui nous permettra de réduire nos coûts au niveau de l’énergie et de la climatisation. C’est une nouvelle orientation, notre façon de sauver l’environnement », a mentionné le vice-président exécutif et chef de la direction de Soprema en Amérique du Nord, Richard Voyer.

Soprema a aussi pris le virage écologique prôné par la Ville de Sherbrooke en offrant, entre autres, un garage à vélos pour les employés qui souhaitent utiliser la piste cyclable qui se rend directement à l’usine ou encore en installant de nombreuses bornes pour voitures électriques.

« Aujourd’hui, on sait que l’activité humaine a un impact sur le climat et il est évidemment que nous devons changer nos méthodes de faire, se demander comment produire autrement, travailler sur le recyclage, sur la bioéconomie et l’économie circulaire. Et c’est pour ça que vous avez raison de faire confiance à Soprema dont 15 pour cent des produits sont issus de la bioéconomie ou du recyclage », a souligné le président de Soprema, Pierre-Étienne Bindschedler, qui était venu de Strasbourg pour l’occasion.

« Ça fait trois ans qu’on travaille sur ce gros projet et aujourd’hui, c’est la concrétisation », a lancé la directrice générale de Sherbrooke Innopole, Josée Fortin. 

« On n’était pas la seule région dans la course pour cette usine, alors on a fait des pressions sur la Ville de Sherbrooke pour mettre en place des moyens d’attirer des entreprises extérieures comme Soprema », ajoute-t-elle soulignant que Sherbrooke se bat contre la Mauricie qui a reçu un fonds de 200 M$ à la suite de la fermeture de la centrale Bécancour ou Asbestos qui a eu un fonds de 50 M$ à la suite de la fermeture de la mine Jeffrey.

« La mise en place du congé de taxes municipales complet pour dix ans est une raison pour laquelle Sherbrooke est la ville que Soprema a choisie,  », précise Mme Fortin, ajoutant qu’auparavant, il existait un congé de taxe régressif sur dix ans.

La subvention de 6 M$ du gouvernement provincial a aussi fait en sorte que l’usine s’installe au Québec plutôt que, par exemple, en Espagne, a souligné dans son discours M. Voyer.

Rappelons qu’à la fin de 2016, Soprema annonçait l’acquisition d’un terrain dans le Parc industriel régional de Sherbrooke. Pensée et créée par ABCP architecture, la construction du bâtiment par la compagnie Construction Bertrand Dionne et plusieurs sous-traitants a débuté à l’été 2017. En mai 2018, la ligne de production était mise en service et l’entreprise était prête à desservir sa clientèle grâce à une capacité de production de 300 000 mètres cubes de polystyrène extrudé par année. 

Soprema est une entreprise manufacturière d’envergure internationale qui se spécialise dans la fabrication de produits d’étanchéité, de végétalisation, d’isolation et

d’insonorisation pour la construction et le génie civil. Fondée en 1908 à Strasbourg en France et implantée au Canada depuis 1978 avec un siège social canadien à Drummondville et quelque 650 employés à l’œuvre d’un bout à l’autre du pays, Soprema compte 60 usines, dont 14 au Canada, et est présente dans plus de 90 pays.