Les élus ont entériné lundi des dépenses de 1,85 M$ pour le transport actif.

Six trottoirs supplémentaires en 2019

« Alléluia! » C’est le cri de joie qu’a poussé la conseillère Danielle Berthold après que le conseil municipal eut accordé les sommes nécessaires pour la construction d’un trottoir sur la rue King Est, entre les rues Jetté et Chamberland. « Ça fait 15 ans qu’on l’attendait! », a-t-elle ajouté. Les élus ont entériné lundi des dépenses de 1,85 M$ pour le transport actif.

De nouveaux trottoirs verront donc aussi le jour sur la rue du Mûrier, de même que sur les rues Magloire, du 24-Juin et Chauveau. Un trottoir sera ajouté sur une portion du boulevard de l’Université, entre les rues Imelda-Lefebvre et de la Rivière-Magog. En tout, ce sont 2,6 km de nouveaux trottoirs qui seront construits, sans compter ceux qui seront financés à l’intérieur d’autres projets. S’ajoute 1 km de trottoir qui sera refait, entre autres une portion de 200 m sur la rue Galt Est, entre la rue Bowen Sud et le pont Joffre.

La Ville a par ailleurs déposé des demandes de subvention pour construire des trottoirs dans les corridors scolaires des écoles du Boisjoli, Beaulieu et des Aventuriers pour des travaux prévus l’an prochain.

À noter l’ajout de 1,3 km de réseau cyclable et la construction de deux passages piétonniers. Ceux-ci seront situés entre la rue Sainte-Julie et la rue Luce-Dufresne, et entre la rue Memphrémagog et le boulevard René-Lévesque.

Danielle Berthold s’est dite très contente, mais prévient qu’il faudra poursuivre le travail sur la rue King Est. « Il a fallu 15 ans pour obtenir une partie de trottoir. J’espère qu’il ne faudra pas attendre aussi longtemps pour l’autre bout. Les gens marchent dans la rue King Est dans le secteur de la rue des Rocheuses. Il faut qu’ils puissent circuler de façon sécuritaire sur King Est. »

Évelyne Beaudin voudrait pour sa part que le trottoir de la rue Chauveau soit prolongé de la rue Molière à la rue Martin, entre autres en raison du circuit d’autobus de la Société de transport de Sherbrooke qui sera modifié dans ce secteur. Elle ajoute qu’il faudrait s’intéresser au secteur de la rue des Chênes, où les élèves du Salésien se mêlent souvent à la circulation automobile.

Enfin, une demande de subvention concerne le secteur de la rue des Quatre-Pins et Hertel. « Le projet des Quatre-Pins est un endroit où le réseau d’aqueduc et d’égout est privé et appartient aux propriétaires des maisons mobiles. La desserte est inadéquate. Ils ne veulent plus s’occuper de ce réseau. On ne fera pas payer à l’ensemble des citoyens la reprise de ce réseau. Il se doit d’être conforme pour qu’on puisse le reprendre, d’où la subvention. Les citoyens paient pour refaire le réseau et la subvention accote la différence », précise Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.