Étienne Lavoie

Six jours d’audience pour Étienne Lavoie

Six jours seront nécessaires pour la tenue de l’enquête préliminaire du psychologue sherbrookois Étienne Lavoie.

L’avocat de la défense Me Jasmin Laperle entend contester la citation à procès concernant la trentaine d’accusations pour des gestes à caractère sexuel qui auraient été commis sur six victimes alléguées.

À LIRE AUSSI : Le psychologue Étienne Lavoie restera détenu

Ces six femmes seront assignées comme témoins lors de cette étape préalable au procès. « Nous avons ciblé des témoins bien précis. Il y a quand même six plaignantes différentes », explique Me Laperle.

Les semaines du 19 août et du 9 septembre sont envisagées pour la tenue de l’enquête préliminaire.

Cette demande sera soumise au juge coordonnateur pour fixer les dates précises. Les six jours d’audience seront confirmés le 5 juillet prochain.

Me Laperle a mentionné qu’il avait mis les bouchées doubles depuis son embauche le 21 juin dernier pour préparer le dossier de son client qui est détenu. Il a souligné qu’il n’entendait pas demander que son client soit remis en liberté avant la tenue de cette étape des procédures.

En février, Étienne Lavoie a été arrêté pour 14 accusations liées au proxénétisme et à des délits sexuels concernant trois victimes alléguées. Treize autres accusations ont été déposées en mai dernier.

À la mi-mars, le Tribunal a déterminé que Lavoie devra rester détenu pour la durée des procédures judiciaires.

L’homme de 47 ans, qui réside à Sainte-Catherine-de-Hatley, est accusé de proxénétisme, d’agression sexuelle, d’agression sexuelle armée, de trafic de stupéfiants, d’avoir obtenu des avantages matériels provenant de service sexuel, d’avoir fait de la publicité de services sexuels, de distribution d’images intimes sans consentement, de menaces de mort et de voies de fait.

Pour les trois victimes initiales, des femmes majeures et vulnérables, Lavoie aurait commis les gestes entre janvier 2018 et février 2019, et certains crimes auraient été commis sur son lieu de travail. Lavoie a été arrêté une première fois en janvier 2019, mais l’examen de la preuve a permis de le relier à la prostitution et la consommation de crack.

Malgré sa détention, des conditions lui avaient été imposées. Lavoie a été suspendu par l’Ordre des psychologues du Québec après le dépôt des accusations.

Des interdits de communiquer avec les victimes alléguées ont été imposées par le Tribunal à la suite de demandes de la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Ève Phaneuf.