Pour les cinq prochains mois, il ne restera que deux dermatologues en poste au CHUS, mais des renforts s’ajouteront dès le milieu de l’automne.

Situation précaire en dermatologie au CHUS

La situation au département de dermatologie au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) sera « précaire pour les cinq prochains mois ». La situation est cependant moins difficile qu’elle ne l’a déjà été par le passé au CHUS. En effet, le CHUS avait dû faire face à deux bris de service complets en 2011 et en 2015.

Pour les cinq prochains mois, il ne restera que deux dermatologues en poste, mais des renforts s’ajouteront dès le milieu de l’automne.

« La situation est actuellement précaire puisque deux de nos quatre dermatologues ont eu le bonheur d’être mamans et sont, en ce moment, en congé de maternité. Il y a donc en pratique que deux dermatologues au CHUS pour répondre aux besoins de notre population », soutient Dr Jean-Daniel Baillargeon, directeur du département de médecine.

« Heureusement, cette situation est temporaire. Nous prévoyons dès la fin août le retour d’un congé de maternité et l’arrivée d’une nouvelle dermatologue. Nous pourrons donc à l’automne à nouveau compter sur quatre dermatologues. De même, le retour du deuxième congé de maternité suivra quelques mois plus tard. La période critique ne durera donc que cinq mois », ajoute Dr Baillargeon.

Pour les prochains mois, des arrangements ont été pris avec les services de médecine interne, d’ORL, de chirurgie générale et de chirurgie plastique, ainsi que le département de pédiatrie afin de soutenir les seules deux dermatologues en place.

Corridors de service

Des corridors de service ont été confirmés avec l’Hôpital Ste-Justine à Montréal pour les cas pédiatriques et les deux dermatologues de Granby ont offert leur disponibilité si cela s’avérait nécessaire.


« La population peut être rassurée que ses besoins seront pris en charge. »
Dr Jean-Daniel Baillargeon

Durant cette période, il pourrait donc y avoir un allongement temporaire des listes d’attente des cas non urgents, mais les patients avec une condition dermatologique urgente ne devraient pas être affectés par cette pénurie temporaire.

« La population peut être rassurée que ses besoins seront pris en charge et que l’ensemble du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, avec ses partenaires, mettra tout en œuvre pour minimiser l’impact de cette situation temporaire », ajoute le directeur du département de médecine.

Dans le cadre de son plan des effectifs médicaux (PEM), le ministère de la Santé et des Services sociaux autorise que six dermatologues pour les adultes et un pour les enfants travaillent à l’installation. Actuellement, trois des six PEM adultes sont comblés ainsi que le PEM pédiatrique : il y a donc quatre dermatologues en poste et trois postes vacants.

« À plus long terme, nous prévoyons combler tous les sept PEM du CHUS. En effet, une cinquième dermatologue, qui est actuellement en formation à l’extérieur, arrivera en septembre 2018. Un sixième dermatologue actuellement en formation est déjà recruté avec une arrivée planifiée en 2020, et finalement, une septième dermatologue arrivera en 2021 après sa formation. On pourra aussi compter sur une nouvelle dermatologue hors-PEM qui pratiquera en privé à Magog dès l’automne 2018 », ajoute Dr Baillargeon.

Il y a aussi deux dermatologues qui travaillent en clinique privée à Sherbrooke et qui ne sont pas comptabilisés dans les PEM du CHUS.