Le budget de la division de la voirie grimpera de 526 700 $ en 2020 alors que la Ville se voit entre autres forcée de se procurer quatre nouvelles épandeuses pour réussir le déploiement des mesures d’urgence en situation hivernale extrême.

Situation hivernale extrême: la Ville doit acheter quatre épandeuses

Le budget de la division de la voirie grimpera de 526 700 $ en 2020 alors que la Ville se voit entre autres forcée de se procurer quatre nouvelles épandeuses pour réussir le déploiement des mesures d’urgence en situation hivernale extrême. Sherbrooke devra aussi se doter d’un mécanicien de machinerie supplémentaire, ce qui entraînera des dépenses de 82 721 $.

C’est que les entrepreneurs avec lesquels la Ville de Sherbrooke compte parapher un contrat pour des besoins ponctuels en situation hivernale ne disposent plus de tous les équipements nécessaires.

La Ville avait lancé un appel d’offres pour des travaux de déneigement incluant la location de machinerie avec opérateur pour les trois prochaines saisons hivernales. Pour réaliser les opérations de tassement de neige dans les rues et les stationnements, la Ville a donc l’habitude de s’adresser à des entrepreneurs qui louent leur équipement avec un minimum d’heures garanties.

« Ces équipements sont utilisés en moyenne à six reprises pour un hiver normal. Ils permettent également le déploiement des mesures d’urgence en situation hivernale extrême. Ce mode de fonctionnement se voulait donc très économique, car la Ville ne payait que pour les heures utilisées ou pour le minimum d’heures garanties », lit-on dans les documents municipaux.

Le problème, c’est que plusieurs entrepreneurs se sont départi de leurs équipements et n’ont tout simplement pas soumissionné. Il faudrait donc quatre camions épandeurs pour les mesures d’urgence et deux niveleuses ainsi que deux chargeurs pour les opérations de tassement.

La Ville convient de louer deux niveleuses auprès de son fournisseur. En incluant les coûts de carburant et l’embauche de deux opérateurs, il faudra débourser 173 710 $.

S’ajoutent les quatre camions épandeurs, qui entraîneront l’embauche temporaire de quatre chauffeurs, pour une charge totale de 251 220 $. Ces camions pourront aussi être utilisés lors de travaux routiers en été, si bien qu’ils rouleront 12 mois par année. La hausse des heures minimales garanties génère pour sa part de nouvelles dépenses de 101 770 $.

Enfin, l’ajout de ces équipements nécessite des travaux d’entretien supplémentaires, donc la création d’un poste permanent de mécanicien de machinerie lourde. Cet entretien aurait pu être sous-traité, mais « comme les bris d’équipements peuvent survenir à tout moment pendant une tempête de neige, nous devons être en mesure de réparer rapidement et prioritairement les équipements », lit-on dans les documents municipaux. L’ajout de ce poste coûtera 82 721 $.