Les groupes Extinction rebellion youth et La planète s’invite à l’université ont tenu vendredi un sit-in devant le Centre culturel de Sherbrooke. Plusieurs personnes étaient sur place pour sensibiliser le gouvernement.

Sit-in pour la planète à l’UdeS

La jeunesse continue de se mobiliser pour la planète. Les groupes Extinction rebellion youth et La planète s’invite à l’université organisaient vendredi un sit-in devant le Centre culturel de l’Université de Sherbrooke.

Vendredi deux manifestations se sont également déroulées à Montréal et à Québec. Sherbrooke a suivi le mouvement avec un sit-in. Avec l’arrivée du Festival des harmonies, les militants ont profité de l’achalandage sur le campus. 

Pourquoi un sit-in? « On veut rester à un endroit central. Au lieu de marcher dans les rues, on bloque l’espace en restant assis sur le terrain. Avec le Festival des harmonies, la plupart des spectacles se donnent au Centre culturel, alors c’est pour ça qu’on s’est installé ici. On essaie d’avoir une ambiance festive et positive », avance Élizabeth Cauvier Charest, porte-parole du groupe La planète s’invite à l’université, en précisant que pour obtenir des changements, il faut déranger la structure. 

Le groupe créé dans le cadre de la marche pour l’environnement en mars dernier continue d’organiser des événements. Il revendique trois choses : un changement dans les lois environnementales pour réduire les gaz à effet de serre, une cessation des investissements de la part des universités dans les organismes polluants et une éducation à l’écologie dans les institutions scolaires. 

Plusieurs personnes étaient sur place dont la députée de Sherbrooke, Christine Labrie. « C’était important pour moi d’être présente. Ça fait partie de la mobilisation que l’on veut constante et soutenue. J’appuie les jeunes dans ce mouvement. » 

Une jeunesse soucieuse 

Depuis moins d’un mois, Extinction rebellion youth, réunissant des jeunes de 30 ans et moins, a vu le jour. Le groupe est en fait uni à Extinction rebellion, une association internationale qui a à cœur une lutte sans violence pour l’environnement. 

Pour leur première action, la nouvelle organisation a choisi pour thème « Ne déracinez pas votre jeunesse ». 

« C’est difficile de faire un changement individuellement, mais de participer à des manifestations, c’est une bonne façon de faire sa part. Sinon, les petites actions sont toujours les bienvenus » , affirme Eva-Love Pépin, coporte-parole d’Extinction rebellion youth.