Des équipes de déneigement ont été déployées sur le territoire vendredi.

Sherbrooke y goûte [PHOTOS + VIDÉO]

Si l’Estrie a relativement été épargnée par la tempête dans la nuit de jeudi à vendredi, Dame nature s’est bien reprise dans la journée. Tellement qu’en après-midi, la Ville de Sherbrooke a dû fermer les côtes Acadie, Peel, et Élaine-C.-Poirier. Elle a également dû, à l’aide de chenillettes, assister les automobilistes à gravir les côtes King Est et Ouest, Marie-Léonie, Terrill, Lionel-Groulx et Don Bosco.

« C’est pour permettre de dégager la voie, explique le chef de la division voirie à la Ville de Sherbrooke, Carlo Cazzaro. En même temps, on va éviter que les voitures, en faisant tourner leurs roues, glacent la chaussée. Une fois que la déneigeuse sera passée, la situation sera beaucoup plus facile pour les automobilistes. »

À LIRE AUSSI: Tempête de neige au Québec: écoles fermées et vols annulés

Les autorités prêtes à affronter la tempête

« Les employés utilisent 85 équipements pour déneiger les routes et les trottoirs. La particularité de la tempête, c’est que l’intensité a augmenté vers 10 h [vendredi] », enchaine-t-il.

Les cols bleus se sont rabattus sur les artères vers 14 h, pour s’assurer que les principales rues de Sherbrooke soient bien déneigées pour l’heure de pointe. 

Beau hasard : la tempête se déroule en pleine journée pédagogique à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke. « C’est un élément important qui nous aide. Comme les écoles sont fermées, ça réduit le nombre de véhicules. La situation actuelle, si on augmente le nombre d’usagés sur la route, rend la situation encore plus difficile », décrit-il, se réjouissant d’avoir fait face à une tempête intense, mais courte. 

D’après les prévisions, la neige devrait cesser vers 7 h samedi matin. « On devrait avoir eu environ 25 cm. C’est moins pire que ce qu’on anticipait. »

La Ville de Sherbrooke procédera à l’enlèvement des bancs de neige à compter de dimanche soir. L’opération commencera vers 22 h et durera au moins cinq nuits.

En région

Du côté du ministère des Transports du Québec, plus de 120 camions étaient à l’œuvre pour couvrir les 2700 km de route. « On constate qu’il y a beaucoup moins d’usagers sur les routes qu’à la normale, analyse la conseillère en communications pour le MTQ, Dominique Gosselin. Le ministère des Transports a déployé tous les effectifs sur le réseau pour rendre les routes le plus sécuritaires possible. La stratégie du ministère dans une tempête est de limiter les accumulations de neige. »

« On ne parle que de quelques sorties de route, mais heureusement, aucun accident grave, poursuit-elle. On a aussi constaté que quelques usagers étaient restés pris dans la neige. Le ministère a déployé des effectifs avec la Sûreté du Québec, qui eux aussi en ont plein les bras, pour permettre d’avoir des gens sur le terrain pour assister les gens dans le besoin. »

Rappelons que la Commission scolaire des Hauts-Cantons et celle des Sommets ont suspendu leurs activités, tout comme les services de garde de la Commission de la Région-de-Sherbrooke.

Le Cégep de Sherbrooke et l’Université de Sherbrooke ont suspendu leurs activités au cours de la journée.

Dominique Gosselin

Carambolage monstre

Ailleurs au Québec, l’importante tempête de neige a provoqué des centaines de collisions sur les routes, dont plusieurs carambolages majeurs.

Un carambolage monstre s’est produit, vendredi après-midi, à proximité de Saint-Hyacinthe, en Montérégie, et a impliqué pas moins de 70 véhicules, dont des véhicules lourds. L’accident a forcé la fermeture complète de l’autoroute 20 en direction ouest. Trois personnes ont été blessées. Leur vie n’est pas en danger.

Il y a eu deux autres « sites importants de collisions multiples » dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches, a résumé la sergente Ann Mathieu, une porte-parole de la Sûreté du Québec. Avec la presse canadienne