La somme que touchera chacune des municipalités n’est pas encore connue, mais le don de la Fondation de l’Association médicale canadienne donnera un coup de main aux ressources œuvrant auprès des personnes vulnérables.
La somme que touchera chacune des municipalités n’est pas encore connue, mais le don de la Fondation de l’Association médicale canadienne donnera un coup de main aux ressources œuvrant auprès des personnes vulnérables.

Sherbrooke obtient de l’aide pour la population vulnérable

SHERBROOKE — Les villes de Sherbrooke et de Drummondville obtiendront de l’aide financière de la Fondation de l’Association médicale canadienne (FAMC) pour venir en aide à des populations vulnérables touchées par la pandémie de COVID-19. À travers le Canada, la FAMC distribuera 10 M$ parmi 73 municipalités, dont 9 au Québec. 

Concrètement, le fonds en question vise à financer des programmes pour la création de lieux conformes aux mesures d’éloignement sanitaire, pour des services médicaux et de soutien aux personnes qui ont des troubles de santé mentale ou de consommation de substances psychoactives, pour des programmes alimentaires communautaires, pour l’offre d’équipement de protection individuelle pour les travailleurs en services communautaires ou pour d’autres mesures favorisant la résilience et le rétablissement durable des communautés. 

Sherbrooke et Drummondville ont été identifiées pour obtenir un tel soutien et les modalités pour le versement de cette aide sont en discussion avec la Fédération canadienne des municipalités (FCM). Le montant obtenu par chacune des villes n’est donc pas encore connu. L’argent sera versé directement aux municipalités pour soutenir le travail de proximité avec les citoyens vulnérables, par exemple les personnes en situation d’itinérance ou d’insécurité alimentaire, ou encore des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie.

« C’était notre initiative de faire un don pour soutenir la profession médicale, alors que nous avions annoncé il y a deux semaines que nous donnions 20 M$ dans les facultés de médecine du pays. Il y a un manque pour ces citoyens vulnérables. On a vu que les insécurités et les besoins étaient en hausse très rapidement avec la COVID-19. Nous voulions donc aider les personnes en situation d’itinérance, d’insécurité alimentaire ou de toxicomanie », explique Allison Seymour, présidente de la Fondation AMC.

« Quand la pandémie s’est déclarée, nous nous sommes demandé comment nous pouvions aider la communauté avec les ressources que nous avons. Ça fait partie d’une action collective et il est possible que d’autres s’en inspirent pour avoir un impact. Un don de 30 M$ au total pour nous, c’est sans précédent. On va maintenant se concentrer sur l’exécution des programmes avec nos partenaires et nous verrons si d’autres grands besoins se dégageront quand la poussière retombera. »

Le maire Steve Lussier indique que cette aide « tombe juste à point pour les personnes vulnérables ». « Les sommes ne sont pas encore connues parce que l’entente a été signée vendredi, donc il serait difficile de dire ce que nous ferons avec l’argent, mais nous pensons peut-être l’investir dans un service de santé mentale d’urgence ou dans du matériel. Nous verrons avec nos professionnels pour connaître les besoins sur le terrain. »

M. Lussier mentionne que ce fonds viendra compléter l’offre aux citoyens vulnérables déjà existante. Il ne croit pas qu’il permettra de créer un nouveau service à partir de zéro. 

« La Fédération canadienne des municipalités se réjouit de cette contribution et de l’impact qu’elle aura dans les collectivités partout au pays, a déclaré Bill Karsten », président de la FCM, dans un communiqué. « En tant que gouvernements de proximité, les municipalités sont les premiers témoins des conséquences de cette pandémie. Elles voient quelles populations sont les plus durement touchées et savent comment diriger efficacement ces fonds afin d’obtenir des résultats tangibles. »