Sherbrooke met une croix sur les Jeux de la francophonie

SHERBROOKE — Les surprenantes explosions des coûts pour l’organisation des Jeux de la francophonie à Moncton-Dieppe n’ont pas ravivé la moindre envie à Sherbrooke de lever la main pour proposer un plan moins dispendieux. Le maire Steve Lussier n’a pas d’intérêt pour l’événement international prévu en 2021.

Estimée entre 15 et 19 M$, la facture pourrait grimper à 130 M$ selon des informations révélées par Radio-Canada. Le comité organisateur cherche maintenant à réduire les coûts. Sherbrooke, qui avait été finaliste pour l’obtention de ces jeux, avait proposé un plan selon lequel les déboursés municipaux s’élevaient à 9 M$. La déception avait été grande quand on lui avait préféré le tandem du Nouveau-Brunswick.

Pourrait-on penser que Sherbrooke deviendrait la solution de rechange si Moncton-Dieppe n’arrivait pas à relever ce défi financier? « J’ai suivi les nouvelles qui sont arrivées. Pour l’instant, ce n’est pas sur la table à dessin de continuer ce dossier-là ici même à Sherbrooke. On regardera, mais je ne pense pas qu’on lèvera la main s’il y a des besoins. Il faut regarder vers les Jeux du Québec, qui viendront peut-être avec une nouvelle façon de faire. Je vais être à l’écoute de ça. On va regarder les alternatives », commente Steve Lussier.

La tenue des Jeux du Québec à l’hiver 2023 est dans la mire depuis plusieurs mois déjà. Le maire Lussier n’est toutefois pas en mesure de donner plus de détails sur l’avancement du dossier de candidature.

« Je ne dis pas si on déposera ou pas la demande. C’est sur la table à dessin. Je ne m’avancerai pas vis-à-vis les échéanciers. Il y aura des nouvelles à venir. On regardera si les ministres arriveront avec un nouveau plan pour les Jeux du Québec. »