Hélène Pigot et Christine Labrie (absente de la photo) ont pris l'engagement, au nom de Sherbrooke Citoyen, d'ajouter un bus express sur la rue King. Elles sont ici accompagnées des candidats Vicky Poirier et Mohamed Barouti.

Sherbrooke Citoyen promet un bus express sur la rue King

Le parti Sherbrooke Citoyen s'engage à implanter un autobus express sur la rue King et espère conclure des ententes avec de nouvelles entreprises pour qu'elles encouragent leurs employés à utiliser le transport en commun. Il souhaite également rendre le transport en commun plus accessible en diminuant les tarifs.
La ligne de bus express traverserait la rue King d'un bout à l'autre à des intervalles réguliers de cinq à dix minutes. Cet engagement, promet le parti politique, serait réalisé dès 2018.
« La diminution de l'achalandage dans les autobus atteint près de 4 % alors que l'objectif est d'augmenter le nombre de passagers. C'est signe qu'on s'y prend de la mauvaise manière. Ce n'est pas étonnant de la part d'élus qui ne sont pas utilisateurs du transport en commun et qui n'en font pas une priorité. Ce que nous proposons avec l'instauration d'un autobus à haut niveau de service, qui avait été mentionné dans le plan de mobilité durable, c'est de ne pas avoir à vous préoccuper de l'horaire pour vous déplacer sur le principal axe routier de Sherbrooke. Ça facilite également les correspondances. Avec cette souplesse dans l'horaire, l'autobus devient une option intéressante pour aller au travail », explique la candidate Christine Labrie.
La chef Hélène Pigot n'a pas chiffré les dépenses qu'occasionnerait un tel projet. « Si c'est une priorité, ça veut dire que dans le budget, on va réallouer des sommes, ajuster le cadre financier pour que nos priorités soient sur la mobilité durable. Il y aura plus de monde dans l'autobus, ce qui est un revenu substantiel pour la Société de transport de Sherbrooke (STS). Les revenus attendus avec la clientèle ne sont pas nuls. »
Mme Pigot n'exclut pas, par ailleurs, l'ajout de petits autobus collecteurs, dans les quartiers périphériques comme Fleurimont, Rock Forest, Deauville et Saint-Élie, pour permettre d'accéder plus facilement à un bus express. Quant à des aménagements particuliers permettant au bus express de circuler plus facilement, la chef de Sherbrooke Citoyen aime l'idée d'une voie réservée... mais pas maintenant. « Je pense qu'il serait intéressant de penser à des voies réservées, peut-être à des moments particuliers, mais j'entends des citoyens qui ne sont pas prêts à cette option. À partir du moment où ils trouveront le plaisir de prendre l'autobus, on pourra en reparler. On veut aller là où la population est prête. Il faut procéder par étapes significatives et ces étapes significatives du plan de mobilité durable n'ont pas été réalisées. »
Hélène Pigot note en ce sens que le Plan de mobilité durable adopté en 2012 est intéressant. « Mais peu a été fait à travers ce plan. »
Le parti propose donc de négocier avec les grands employeurs, le Cégep et le Centre 24-Juin par exemple, de même que les industries, pour favoriser l'accès au transport en commun pour leurs travailleurs.
« Nous proposons aussi de faire la réfection des routes en fonction de la mobilité durable. Il faut changer notre façon de cohabiter à l'intérieur des routes », dit Mme Pigot.
En ce sens, Christine Labrie aurait aimé que la Ville profite des travaux du ministère des Transports sur la 12e Avenue pour aménager une piste cyclable vers le CHUS. Des travaux sont plutôt prévus en 2018.
« La mobilité durable est tellement une priorité que nous avons une rencontre avec la directrice de la STS, Huguette Dallaire, pour parler de ces mesures-là la semaine prochaine », conclut Hélène Pigot.