« S'il y avait vraiment un  problème,  comment se fait-il qu'il n'ait pas pris la peine de rencontrer  [Annie Godbout]? Ce genre d'attitude est proprement scandaleux », affirme Jean-François Rouleau.

Sévigny « cultive la haine et la division », déclarent deux élus

Deux membres du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke, Jean-François Rouleau et Pierre Tardif, ont très mal réagi aux propos tenus vendredi par Bernard Sévigny dans La Tribune et sur les ondes du FM 107.7.
Pierre Tardif
Le maire a notamment affirmé que « le problème [à Sherbrooke Innopole], c'était Annie Godbout ». M. Sévigny a accusé la conseillère de « [réserver] ses commentaires pour la place publique plutôt que de le dire autour de la table ».
« En 25 ans à titre de conseiller municipal, je n'ai jamais eu connaissance d'une telle situation », a déclaré le conseiller Jean-François Rouleau par communiqué de presse.
« Un maire qui critique publiquement un de ses représentants au conseil d'administration d'un comité ou d'une corporation municipale ! S'il y avait vraiment un problème, comment se fait-il qu'il n'ait pas pris la peine de la rencontrer ? Ce genre d'attitude est proprement scandaleux. C'est devenu clair pour moi que Bernard Sévigny n'a pas le leadership et la personnalité requis pour assumer cette fonction. »
Selon M. Rouleau, le véritable responsable de l'atmosphère tendue et malsaine qui règne actuellement au conseil municipal est le maire Sévigny.
« Il cultive la haine et la division par son comportement et son manque de respect envers le conseil, dit-il. Son arrogance, son mépris de ceux et celles qui osent penser différemment et son incapacité à accepter d'être contredit ne font qu'activer la chicane et la controverse entre les membres du conseil. »
Quant à lui, Pierre Tardif dit s'interroger sur les réels objectifs du maire.
« Ma collègue Annie Godbout se demandait hier (jeudi) pourquoi cette question arrivait à ce moment-ci, soit à peine 11 mois avant la prochaine élection. Il semble que ce soit assez évident maintenant que Bernard Sévigny veut délibérément tasser Annie Godbout pour des motifs purement électoraux. Un tel tripotage politique est éhonté et inacceptable. J'en suis d'autant plus convaincu que le président de Sherbrooke Innopole, Pierre Tremblay, disait dans une entrevue hier que madame Godbout faisait un travail remarquable. »
« [Bernard Sévigny] annonce que seul le maire siégera au conseil d'administration de Sherbrooke Innopole et que cette décision sera prise par le prochain conseil municipal suite à une recommandation d'un comité présidé par Serge Paquin, ajoute M. Tardif. Or M. Paquin a déjà annoncé qu'il ne serait pas candidat lors du prochain scrutin ! Alors comment Bernard Sévigny peut nous apprendre aujourd'hui quelle sera la décision du comité ? Disons qu'avec une telle façon de faire, on n'est pas loin de la dictature. »